Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

ERC

AFRICA-GHG Résultat en bref

Project ID: 247349
Financé au titre de: FP7-IDEAS-ERC
Pays: Italie

Les forêts africaines et leur rôle dans les émissions de gaz à effet de serre

Un groupe de l'UE a étudié les forêts équatoriales africaines et le rôle qu'elles jouent en matière d'émissions de gaz à effet de serre. Les résultats des travaux montrent que même si les forêts sont un puits de dioxyde de carbone, elles peuvent aussi agir comme source d'autres gaz à effet de serre, et que l'exploitation forestière et le défrichage aggravent le problème.
Les forêts africaines et leur rôle dans les émissions de gaz à effet de serre
Les chercheurs reconnaissent de plus en plus l'influence des forêts tropicales africaines sur le changement climatique global, même si les études manquent sur les détails de cette influence. Les forêts sont très importantes pour la séquestration du carbone, alors que la déforestation contribue à la libération de carbone.

Le projet AFRICA-GHG (AFRICA-GHG: the role of African tropical forests on the greenhouse gases balance of the atmosphere), financé par l'UE, a étudié les soldes pour divers gaz à effet de serre en lien avec la dynamique biogéochimique des forêts. Parmi les flux étudiés en particulier, on peut citer le dioxyde de carbone, l'eau, le protoxyde d'azote et le méthane, qui sont pour la plupart de puissants gaz à effet de serre. Par rapport à une forêt humide tropicale intacte, l'étude a comparé les effets de l'exploitation forestière en termes d'émissions de gaz. L'équipe a utilisé différentes techniques, dont la covariance des turbulences, la télédétection, la télédétection par laser (LIDAR) et des mesures sophistiquées des émissions du sol.

Le travail a montré que si l'Afrique représente un petit puits de carbone (absorbant davantage de carbone qu'elle n'en libère), les émissions de méthane et de protoxyde d'azote font de l'Afrique une source de gaz à effet de serre.

Les forêts humides tropicales contribuent à la séquestration du carbone. Le processus ne survient pas par la croissance des arbres, mais plutôt par la séquestration du carbone dans le sol ou la lixiviation.

L'exploitation forestière entraîne une réduction à long terme de la biomasse et de la biodiversité, tandis que le défrichage pour l'élevage libère des quantités significatives de dioxyde de carbone et de protoxyde d'azote. L'équipe a conclu que la déforestation libère beaucoup plus de gaz à effet de serre que la forêt non exploitée peut en absorber.

Le projet a aidé à déterminer le solde global en gaz à effet de serre des forêts naturelles et exploitées. Les travaux ont démontré les conséquences en matière d'effet de serre de l'exploitation forestière en Afrique.

Informations connexes

Mots-clés

Afrique, forêts, changement climatique, gaz à effet de serre, flux, biomasse
Numéro d'enregistrement: 188410 / Dernière mise à jour le: 2016-08-30
Domaine: Environnement