Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des pièges à urine contre les brûlots

Une collaboration européenne a entraîné un outil innovant pour le contrôle des maladies animales à transmission vectorielle. Ce piège est basé sur des produits chimiques dérivés de l'urine pour attirer les brûlots.
Des pièges à urine contre les brûlots
De nombreuses maladies animales réduisent la production agricole et nécessitent un suivi et un contrôle attentifs. Les brûlots sont souvent les vecteurs porteurs de virus responsables de maladies telles que la fièvre catarrhale du mouton et de Schmallenberg qui menacent la production alimentaire en Europe.

Pour traiter cette question, des scientifiques du projet MIDGETRAP (An innovative semiochemical based tool for monitoring and control of biting midge vectors of bluetongue and Schmallenberg disease), financé par l'UE, ont proposé d'utiliser des odeurs attirantes identifiées de l'urine comme moyen pour attirer les brûlots dans des pièges. Dans ce contexte, ils ont effectué des essais sur le terrain de pièges avec de l'urine ou de l'eau qui ont été activés deux heures avant le coucher du soleil et éteints deux heures après le coucher du soleil. Des pièges contenant du dioxyde de carbone (CO2) ou des produits attirant les insectes isolés de l'urine ont également été utilisés.

Les résultats ont montré que l'urine attirait les brûlots, mais seulement lorsqu'elle était présentée en combinaison avec du CO2. En revanche, les produits attirant les insectes isolés de l'urine n'ont pas produit les mêmes résultats, ce qui indique que les produits chimiques responsables de l'attirance des brûlots étaient inconnus.

À cette fin, les chercheurs ont réalisé une électro-antennographie liée à une chromatographie gazeuse pour identifier les substances chimiques des réponses élicitant l'urine dans les antennes des brûlots. Toutefois, le bruit produit par les neurones détectant le mouvement a obscurci le signal provenant des neurones chimiosensoriels. Les bioessais ultérieurs ont identifié une série de produits chimiques de l'urine et des poils du bétail, ce qui a suscité des réactions comportementales, lorsqu'ils étaient présentés en combinaison avec du CO2.

Il n'existe actuellement pas d'outils appropriés pour surveiller et contrôler les vecteurs des maladies animales fatales dans les exploitations agricoles. Les résultats de MIDGETRAP ont prouvé que l'urine et certains composants individuels de l'urine et du CO2 fonctionnent comme des produits attirant les brûlots et pouvaient être utilisés dans les pièges. Cette stratégie répond aux exigences des agriculteurs visant à produire des répulsifs naturels pour protéger les animaux et les humains.

Informations connexes

Mots-clés

Brûlots, vecteurs de maladies, MIDGETRAP, dioxyde de carbone, urine, kairomones, indices d'habitat