Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le contrôle du comportement d'imitation

L'imitation et la capacité de percevoir l'état d'esprit d'une autre personne sont essentielles à l'interaction sociale, l'apprentissage et la communication. Une recherche de l'UE a étudié comment le cerveau contrôle le comportement d'imitation, ainsi que les liens entre cette fonction et la mentalisation.
Le contrôle du comportement d'imitation
Selon la théorie idéomotrice, l'observation d'une action active une représentation motrice correspondante chez l'observateur. Dans le cerveau, les sites concernés sont également impliqués dans des fonctions sociocognitives de haut niveau, comme la «théorie de l'esprit», qui est la capacité de reconnaître des états mentaux tels que le désir et les intentions. On a fait l'hypothèse que ces zones «sociales» exercent une fonction régulatrice sur les représentations partagées.

Les chercheurs de MIRRORING AND TOM (Control of imitation and social cognition: the interaction of motor mirroring and theory of mind) ont étudié la façon dont le cerveau contrôle les représentations partagées, à la fois dans le domaine moteur et au niveau plus élevé des fonctions sociocognitives.

En exploitant des techniques de simulation du cerveau et l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, les scientifiques ont montré que des instructions simples pour le mappage anti-imitatif modifient les réponses en miroir. Ce résultat suggère que la mise en œuvre d'instructions pour une tâche peut prendre le pas sur le système de miroir et autoriser une certaine souplesse dans différentes situations.

Les recherches menées sur les mécanismes d'activation de la réponse et d'inhibition de l'imitation ont montré que l'interférence de l'action pendant l'observation du mouvement comporte à la fois des composants d'activation et d'inhibition de la réponse. Ce résultat aura un impact important pour étudier comment le cerveau opère la Soi-Autre. Les chercheurs ont d'autre part montré que, même si une tendance à l'imitation est toujours présente après l'observation de l'action, notre système est capable de la surmonter en imposant l'intention motrice.

Examinant en particulier la théorie de l'esprit, MIRRORING AND TOM a montré qu'une théorie implicite de l'esprit ou une mentalisation spontanée se produit dans le même réseau cérébral que la théorie explicite de l'esprit. Par ailleurs, ce réseau neuronal se superpose à des zones cérébrales essentielles pour le contrôle de l'imitation.

Le prolongement de l'étude aux personnes présentant un autisme de haut niveau a donné de très bons résultats. Les chercheurs ont développé une nouvelle tâche de théorie de l'esprit pour comparer les performances comportementales pendant le suivi des pensées dans le cadre d'instructions implicites et explicites, ce qui a permis d'identifier des déficits subtils qui ne sont normalement pas détectés dans cette population. Ils ont également enregistré des modifications du traitement de la théorie de l'esprit pendant des interactions avec des sujets non humains comme des animaux domestiques.

Les résultats de cette recherche devraient constituer une importante contribution à l'étude des troubles du développement tels que l'autisme.

Informations connexes

Mots-clés

Imitation, mentalisation, théorie de l'esprit, fonctions sociocognitives, observation de l'action, autisme
Numéro d'enregistrement: 188676 / Dernière mise à jour le: 2016-10-18
Domaine: Biologie, Médecine