Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les effets des phénomènes météorologiques extrêmes sur les espèces

L'étendue des impacts des phénomènes extrêmes causés par le changement climatique reste relativement inconnue. Des chercheurs testent des hypothèses et développent des modèles pour combler ces lacunes en matière de savoir scientifique.
Les effets des phénomènes météorologiques extrêmes sur les espèces
L'augmentation de l'intensité et de la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes constitue un des aspects les plus dramatiques du changement climatique. Les chercheurs ne savent pas encore les effets que ceux-ci peuvent avoir sur les populations animales.

L'initiative RAPIDEVO (Rapid evolutionary responses to climate change in natural populations: Integrating molecular genetics, climate predictions and demography into an eco-evolutionary modelling framework), financée par l'UE, avait pour objectif de comprendre et modéliser les impacts génétiques et démographiques des phénomènes climatiques extrêmes sur les populations naturelles. Les chercheurs ont utilisé comme système modèle la truite marbrée, un poisson d'eau douce de la famille des saumons se trouvant dans l'ouest de la Slovénie et qui est menacé par les crues brutales et les flux de débris.

Les chercheurs ont développé des modèles de variation des niveaux de population pour comprendre comment des phénomènes extrêmes particuliers ou répétés peuvent modifier les caractéristiques de taille selon l'âge, de survie, de reproduction et de variabilité génétique chez la truite marbrée.

Ils ont observé que les populations de truite marbrée avec une croissance moyenne plus rapide tendaient à avoir une survie moyenne inférieure, et que les populations avec une croissance plus lente pouvaient prendre plus longtemps pour se reconstituer après un effondrement de population. La recherche a également montré qu'après les crues, la production de larves, les taux de survie et la croissance tendaient à augmenter de manière significative, tandis que la variabilité génétique tendait à décroître à cause d'effets de goulets d'étranglements, ce qui laisse penser à une baisse du potentiel d'évolution après des crues.

Le projet RAPIDEVO est la première étude sur les conséquences historiques et futures des phénomènes climatiques extrêmes sur les populations de poissons. Ce travail permettra aux biologistes et aux chercheurs sur le changement climatique de mieux comprendre la relation entre phénomènes extrêmes, démographie et évolution des caractéristiques selon les espèces.

Informations connexes

Mots-clés

Phénomènes extrêmes, changement climatique, RAPIDEVO, truite marbrée, évolution