Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les arbres et le changement climatique

Une équipe de l'UE a développé de nouveaux outils qui permettront de faciliter la transplantation des arbres et l'adaptation au changement climatique. Ces travaux ont pris en compte les échecs précédents et offrent différents scénarios potentiels impliquant le mélange de différentes espèces de pins.
Les arbres et le changement climatique
Lors d'un changement climatique, les variétés d'arbres adaptés au climat antérieur sont confrontées à des conditions de survie plus difficiles. L'une des solutions pourrait être la transplantation d'arbres adaptés au futur climat dans les régions impliquées.

Le projet AMECO (Assisted migration of forests as a climate change economic mitigation strategy), financé par l'UE, fournit les outils nécessaires pour évaluer ces migrations assistées.

Les chercheurs ont analysé plusieurs situations dans lesquelles ce concept avait déjà été testé, et plus particulièrement un cas bien documenté qui s'était soldé par un échec. Cet essai s'est en effet terminé par d'importantes pertes financières et a entraîné la mise en place de directives européennes devant éviter la répétition des erreurs commises.

L'équipe du projet a ensuite proposé d'autres scénarios de transplantation impliquant deux espèces de pins. Après avoir évalué le patrimoine forestier espagnol et français, les chercheurs ont sélectionné plusieurs sites de transplantation où les espèces locales étaient menacées par le changement climatique. Les espèces choisies provenaient de sites présentant une faible sensibilité au changement climatique. En s'appuyant sur des simulations numériques, les chercheurs ont proposé et testé trois stratégies de plantation: uniquement des semences transplantées, des semences purement locales ou une combinaison des deux. Les résultats obtenus ne privilégient aucune de ces stratégies en particulier mais révèlent une complexité plus importante que prévue. Les refuges de semences n'apparaissent en effet comme des solutions pertinentes que dans certains cas.

Pour déterminer dans quelles situations ces refuges sont appropriés, le consortium du projet a donc modélisé la vulnérabilité des espèces natives en Europe. Les résultats montrent que la gestion des ressources doit être plus spécifiquement orientée vers l'échantillonnage des ressources génétiques des conifères de montagne situés en bordure de leur zone de répartition et non sur les zones de moindre vulnérabilité. Certaines populations vulnérables pourraient ainsi bénéficier de meilleures chances de survie sur d'autres sites.

En s'appuyant sur plusieurs expérimentations et prévisions de croissance de diverses espèces sur cinq sites en France, l'équipe a montré qu'il n'existait pas de solution universelle. Les chercheurs recommandent ainsi un mélange de population pour donner à la forêt les meilleures chances d'adaptation.

Les directives de gestion élaborées par le projet pourraient ainsi soutenir la pérennité des forêts européennes pendant la période du changement climatique.

Informations connexes

Mots-clés

AMECO, migration assistée, forêts
Numéro d'enregistrement: 188740 / Dernière mise à jour le: 2016-10-26
Domaine: Environnement