Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'avenir du changement climatique réside dans les océans

Des chercheurs ont observé le passé des océans de la planète pour prédire la forme que prendra le changement climatique.
L'avenir du changement climatique réside dans les océans
Le changement climatique peut affecter profondément la société humaine, la croissance économique et la biodiversité de la planète. Les océans du monde peuvent nous aider à prédire l'avenir de ce changement mais les modèles actuels ne sont pas encore fiables.

Le projet OCEANQUANT financé par l'UE (Quantification of past ocean circulation) a cherché à mieux comprendre le rôle des océans sur le changement climatique. Pour ce faire, ils ont combiné les techniques analytiques les plus avancées et les simulations numériques les plus modernes.

Les partenaires du projet ont mis en place un laboratoire capable de mesurer les concentrations des isotopes du Thorium (Th), du Protactinium (Pa) et de l'Uranium (U). Ils ont ensuite combiné les données du rapport isotopique 231Pa/230Th avec celles du carbone 14, obtenues dans les mêmes échantillons de carottes sédimentaires de l'océan Pacifique.

Ils ont également réalisé plusieurs modélisations en complément des mesures faites à partir des échantillons de sédiments marins profonds. En s'appuyant sur des modèles d'une complexité croissante, ils ont pu identifier certains schémas récurrents sur les échantillons de sédiments 231Pa/230/Th.

Ils ont ainsi montré que la circulation des eaux de l'océan Atlantique de ces dernières 140 000 années était beaucoup plus stable qu'on ne le pensait jusqu'à présent. Par ailleurs, il semblerait que le mode chaud actuel de la circulation dans l'Atlantique ait joué un rôle fondamental lors de la dernière période glaciaire, contrairement aux hypothèses formulées auparavant.

Les chercheurs du projet ont réussi à mieux comprendre le comportement des deux isotopes 231Pa et 230Th et montré que la force de la circulation glaciaire ou interglaciaire ne les affectaient qu'à la marge.

Les chercheurs doivent encore modéliser le rôle du rapport 231Pa/230Th comme proxy de la circulation du Pacifique. Les partenaires du projet espèrent résoudre l'hypothèse de la formation d'eau glaciaire profonde du Pacifique Nord en utilisant une dernière modélisation des données.

Ces recherches devraient nous apporter pour la première fois, une estimation quantitative à grande échelle des modifications de la circulation océanique et ainsi ouvrir la voie à de meilleures prédictions quant au changement climatique futur.

Informations connexes

Mots-clés

Océans, changement climatique, OCEANQUANT, circulation océanique, sédiments, océan Pacifique