Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les effets économiques et culturels du changement climatique préhistorique entre le Mésolithique et l'Âge du Bronze

Des chercheurs ont exploré les effets des évènements climatiques marquants sur l'économie et la culture préhistorique dans la Méditerranée en rassemblant les données paléo-environnementales et les preuves archéologiques.
Les effets économiques et culturels du changement climatique préhistorique entre le Mésolithique et l'Âge du Bronze
Le projet PRETM (Prehistoric transitions in the Mediterranean: Cultural and economic responses to climate change during the Mesolithic-Bronze Age), financé par l'UE, a exploré le bassin de Villena en raison de sa proximité des sites archéologiques allant du Mésolithique à l'Âge du Bronze.

Trois minerais ont été extraits du lagon de Villena et un autre dans la dépression interdunaire de Casa Corona. L'analyse multiple, granulométrique, de la sensibilité magnétique et des pollens a permis d'identifier des processus complexes et une dynamique végétale remontant à 20 000 ans. Ils ont été associés aux fluctuations du climat et de l'activité humaine, bien plus tardives. Les résultats font état d'une grande sensibilité aux petites variations du quota hydrologique, ce qui affecte à la fois la composition de la végétation environnante et le biote du lac.

À l'apparition de l'Holocène, l'humidité a considérablement augmenté, comme l'indiquent les résultats géochimiques et minéraux, ce qui aurait provoqué une augmentation des nutriments dans le lac et la prolifération des algues. L'analyse de la végétation a fait état d'un déclin généralisé des pinèdes et une augmentation des forêts mésophiles. Un phénomène marquant a été recensé au cours du Préboréal, qui semble avoir provoqué l'érosion des côtes pendant des périodes d'aridité variables.

Plusieurs périodes de sécheresse ont été enregistrées, ce qui a probablement eu un impact considérable sur les chasseurs-cueilleurs de la région à l'époque. Outre ces fluctuations, il y a environ 10 000 ans, une tendance générale à la sécheresse s'est manifestée, probablement en raison de l'augmentation de l'ensoleillement et de l'évaporation. Ce processus a pu être accéléré par l'arrivée des premiers agriculteurs vers 7500 ans A.P. L'augmentation des réserves d'eau souterraine a été importante il y a 6 000-3 000 ans, un phénomène qui aurait pu être influencé par l'exode de l'homme alors que l'environnement devenait plus aride.

La sensibilité des lacs salés aux petites variations hydrologiques a également été mise en exergue, révélant ainsi que l'activité humaine a eu un effet marquant. Tel a notamment été le cas au cours des périodes plus récentes étant donné que l'assèchement du lac a provoqué la disparition complète des écosystèmes forestiers et aquatiques, ainsi qu'une prolifération majeure des arbustaies. Une perte complète de l'habitat a été associée à un paysage plus sensible à l'érosion, à l'aridification et aux incendies. Par ailleurs, l'assèchement a affecté les réserves en eau souterraine et probablement augmenté la précipitation des sels, affectant dès lors les terres propices à l'agriculture.

Les résultats du projet PRETM ont été présentés lors de conférences internationales. Par ailleurs, deux publications explorant l'importance socio-économique et écologique sont en phase de finition. En comprenant la réaction de l'environnement au changement climatique passé ainsi que les effets de l'interaction humaine, le projet PRETM contribuera à l'adoption de meilleures stratégies de gestion à l'avenir.

Informations connexes

Mots-clés

Changement climatique, Méditerranée, Mésolithique, Âge du Bronze, PRETM, activité humaine, érosion
Numéro d'enregistrement: 190542 / Dernière mise à jour le: 2016-11-11
Domaine: Environnement