Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

ERCOSAM Résultat en bref

Project ID: 249691
Financé au titre de: FP7-EURATOM-FISSION
Pays: Suisse

Des expériences contrôlées pour renforcer la sécurité des réacteurs

Des chercheurs ont conduit une série d'expériences sur des réacteurs à eau légère, pour déterminer plus aisément l'impact d'accidents graves comme la perte de liquides de refroidissement, et pour renforcer les codes de sécurités connexes.
Des expériences contrôlées pour renforcer la sécurité des réacteurs
Les réacteurs à eau légère (LWR) sont plus simples et moins coûteux à construire que d'autres types de réacteurs nucléaires. Ils représentent la majorité des réacteurs en service dans le monde. Le projet ERCOSAM (Containment thermal-hydraulics of current and future LWRs for severe accident management), financé par l'UE, a étudié le confinement thermo-hydraulique des réacteurs LWR actuels et futurs, à fins de gestion des accidents graves. Le projet a regroupé des équipes d'Europe, du Canada et des États-Unis.

En association avec le projet SAMARA financé par ROSATOM, les partenaires d'ERCOSAM avaient deux objectifs principaux. Le premier était de déterminer la résistance de la stratification de l'hydrogène (en le remplaçant par de l'hélium) en cas d'accident. Le second était de savoir si cette stratification pouvait être rompue par les systèmes de gestion des accidents graves comme les pulvérisations, les refroidisseurs et les recombinants auto-catalytiques.

Les chercheurs ont commencé par définir les tests à conduire, puis ont déterminé les installations convenant le mieux à ces expériences, en France, en Russie et en Suisse. Ils ont envisagé des accidents impliquant la pressurisation de confinement, la mise en place d'une stratification de l'hydrogène, la décomposition de cette stratification, le mélange de gaz, la condensation, la re-évaporation, la dépressurisation sous l'effet d'une pulvérisation, et l'activation du refroidissement ou du chauffage.

Les chercheurs ont ensuite étudié les phénomènes dans les installations choisies, en simulant des accidents graves dans un réacteur LWR, allant jusqu'à la dégradation du cœur et la libération d'hydrogène. L'activation du refroidissement ou du chauffage a conduit à une dépressurisation du confinement, la pulvérisation ayant un effet plus rapide et intense que le refroidissement sur le mélange des gaz.

Une autre série de tests, portant sur le chauffage, a montré que la convection résultant de la libération de chaleur avait un effet mélangeur sur l'entrée du chauffage, alors que le mélange sous lui dépendait de la diffusion et d'effets thermiques. En parallèle, la modélisation du rayonnement thermique a amélioré l'exactitude de la reproduction d'autres variables ainsi que les simulations.

Les analyses en deux étapes, avant et après les tests, ont apporté beaucoup d'informations sur la modélisation de la pulvérisation, du refroidissement et du chauffage, facilitant le renforcement des codes de sécurité. Au final, ce projet conjoint a élargi les recommandations critiques en matière de confinement de réacteur LWR, ainsi que les codes de sécurité visant à contrôler les effets en cas d'accidents graves impliquant des centrales électriques nucléaires.

Informations connexes

Thèmes

Nuclear Fission

Mots-clés

Réacteur à eau légère, LWR, ERCOSAM, gestion des accidents, SAMARA, stratification, refroidissement
Numéro d'enregistrement: 190543 / Dernière mise à jour le: 2016-11-16
Domaine: Technologies industrielles