Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des microbes qui utilisent des gaz à effet de serre pour produire des biocarburants

Le monde est confronté à une surabondance de gaz à effet de serre (GES) et à une crise énergétique qui s'annonce avec l'augmentation continue des coûts des combustibles fossiles. Des chercheurs travaillent sur l'utilisation de microbes pour transformer les GES en biocarburants.
Des microbes qui utilisent des gaz à effet de serre pour produire des biocarburants
L'augmentation des concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère et des prix du pétrole brut et la diminution des ressources en combustibles fossiles constituent des défis énormes en termes de soutenabilité à l'échelle mondiale. Nous avons besoin de nouvelles technologies d'adaptation aux GES et de sources de bioénergies renouvelables. Une solution serait d'exploiter l'électrosynthèse microbienne (ESM), dans laquelle des microbes interagissent avec des électrodes pour produire des biocarburants.

L'initiative ESBCO2 (Electrosynthesis of biofuels from gaseous carbon dioxide catalyzed by microbes: A novel approach/quest of microbe-electrode interactions), financée par l'UE, a entrepris de développer une alternative économique à la production actuelle de combustible en utilisant un GES, le CO2, comme matière première. Les chercheurs avaient pour objectif de mieux comprendre les interactions microbe-électrode dans la production de biocarburants par ESM.

Le projet a commencé par rassembler des experts de plusieurs disciplines dans les domaines de la bioénergie et des échanges électroniques. Les chercheurs ont pu mieux comprendre les mécanismes à l'œuvre dans le transfert d'électrons dans ces systèmes. Ils ont ensuite étudié les applications pratiques de l'échange d'électrons dans la production de carburant dans un système d'ESM.

Les chercheurs ont observé que le micro-organisme Geobacter sulfurreducens est capable de se développer en produisant sa propre source d'alimentation. Ce résultat leur a permis de développer des films capables de soutenir des courants électriques en alimentant la cellule en hydrogène.

Le projet ESBCO2 a permis de faire accepter à G. sulfurreducens des électrons des électrodes de carbone pour la toute première fois. Cette découverte indique aux chercheurs que cette bactérie peut être utilisée dans un biofilm de cathode durable avec des rendements plus élevés.

Cela ouvre la voie aux chercheurs pour le développement d'applications plus pratiques pour G. sulferreducens dans les systèmes d'ESM.

Informations connexes

Mots-clés

Microbes, gaz à effet de serre, biocarburants, CO2, électrosynthèse microbienne, ESBCO2, Geobacter sulfurreducens