Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La génomique lève le voile sur un mécanisme d'apparition de nouvelles espèces

Habituellement, l'isolement reproductif était considéré comme une condition préalable de la spéciation. Néanmoins, selon le concept relativement nouveau de la spéciation génique, des changements produisant une divergence et ne touchant que quelques loci appropriés sont suffisants pour ériger cette barrière reproductive.
La génomique lève le voile sur un mécanisme d'apparition de nouvelles espèces
Le projet RHINOSPEC (Dissecting speciation using a genomics approach) s'est penché sur la spéciation hybride et la divergence chez les rhinolophes fer à cheval chinois, (Rhinolophus sinicus). Les chercheurs ont inclus des évènements génétiques dans trois taxons (groupes de populations) ayant récemment divergé, R. s. septentrionalis, R. s. sinicus central et R. s. sinicus de l'Est.

Combinant un séquençage de prochaine génération et un nouveau système de conduite statistique, ils ont examiné les loci principaux et les îlots génomiques plus grands ayant résisté au mouvement des éléments d'un pool génétique à l'autre entre les gènes parentaux dans l'hybride.

Les chercheurs ont d'abord généré des données de séquençage de l'ARN pour les trois taxons étudiés et trois autres rhinolophes fer à cheval. Le reséquençage ciblé a ensuite été appliqué au complexe R. pearsoni.

L'analyse des données de séquençage de l'ARN pour le complexe R. sinicus a abouti à trois sources de preuves pour l'hybridation entre les trois populations. L'analyse D-statistique pour le mélange de la population a fortement suggéré l'introgression entre R. s. sinicus central et R. s. septentrionalis. Par ailleurs, une asymétrie du flux génique soutenant une des deux non-espèces de topologies d'arbres non relatives aux espèces a indiqué l'occurrence d’une hybridation entre R. s. sinicus central et R. s. septentrionalis.

L'analyse de reséquençage ciblé se poursuit après l'achèvement du projet et l'équipe a récemment obtenu des séquences issues de la protéine mitochondriale codant des gènes provenant de tous les échantillons. L'analyse phylogénétique soutient jusqu'à présent la topologie des arbres à partir de l'étude précédente.

L'importante quantité de données de recherche RHINOSPEC contribuera sans nul doute à comprendre le rôle de l'hybridation dans la formation des espèces. Les domaines de la conservation, de la génétique et de l'évolution devraient également en profiter.

Informations connexes

Mots-clés

Génomique, spéciation, RHINOSPEC, Rhinolophus sinicus, séquençage de l'ARN, reséquençage ciblé