Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le chrome toxique dans les aquifères européens

Les scientifiques améliorent la sécurité des eaux souterraines d'Europe en étudiant et en modélisant la façon dont un métal associé à un risque de cancer en cas d'ingestion contamine les aquifères des régions à haut risque d'Europe.
Le chrome toxique dans les aquifères européens
Le chrome hexavalent (chromeVI) est un composé chimique présent dans des produits allant des colorants textiles à des revêtements anticorrosion. Classé parmi les produits cancérigènes pour l'homme, le chromeVI est aussi naturellement présent dans le sol et les roches de nombreuses régions peuplées d'Europe.

Lorsque des produits chimiques pénètrent dans l'environnement à partir de sources industrielles ou naturelles, ils se diffusent, se dispersent, réagissent avec d'autres produits chimiques ou se lient aux surfaces. Le projet SPECHROM (Spectroscopic and computational investigation of chromium binding on pure minerals and Asopos aquifer soils), financé par l'UE, a étudié ce qui se produit lorsque le chromeVI pénètre dans les eaux souterraines des aquifères.

Le projet SPECHROM a examiné comment le chromeVI se lie à des surfaces minérales telles que la ferrihydrite, l'hématite, le corindon et l'oxy-hydroxyde d'aluminium dans différentes conditions. Ces liaisons sont importantes puisqu'elles peuvent diminuer les concentrations de métaux dans les plans d'eau jusqu'à des niveaux sans danger.

À partir de ces données, les chercheurs ont développé des modèles permettant de prévoir comment le chromeVI est transporté dans l'environnement, où il finit, et sous quelle forme chimique. Ils souhaitaient tout particulièrement comprendre comment le chromeVI se comporte dans les aquifères grecs présentant des concentrations du métal naturellement élevées.

Grâce à des échantillons de sol et de roche prélevés sur cinq sites de Grèce, les chercheurs ont découvert pourquoi les niveaux de chromeVI sont élevés dans les eaux souterraines et les aquifères profonds de ces régions. Une forme immobilisée non toxique du chrome (chromeIII) a été liée par deux formes de manganèse présent naturellement qui ont ensuite transformé le chromeIII en chromeVI mobile et toxique.

En modélisant la façon dont le chromeVI est produit et transporté dans les sols contenant du chrome et du manganèse, les scientifiques peuvent prévoir le risque d'exposition humaine. Ils pourront ainsi développer des directives et stratégies permettant de gérer les aquifères contenant ces terres dans les régions peuplées d'Europe.

Informations connexes

Mots-clés

Chrome, aquifères, chromeVI, géogénique, sol, roches ultramafiques, SPECHROM, liaison du chrome
Numéro d'enregistrement: 190627 / Dernière mise à jour le: 2016-11-29