Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'ABC du cancer du sein métastatique

Le traitement du cancer du sein métastatique est un défi médical majeur qui nécessite de trouver de meilleurs traitements. Pour cela, il faut déterminer les mécanismes qui déclenchent la métastase.
L'ABC du cancer du sein métastatique
On enregistre près d'un million de nouveaux cas de cancers du sein chaque année, ce qui en fait une des causes principales de décès chez les femmes. Bien que l'opération chirurgicale et la thérapie soient efficaces, on note une importante proportion de rechute, soit sous la forme d'une maladie métastatique soit d'une résistance aux médicaments.

Financé par l'UE, le projet PTPSMETBC (Roles of SHP2 and other protein tyrosine phosphatases in metastatic breast cancer) s'est attaqué aux évènements qui initient l'invasion et la colonisation des cellules cancéreuses vers la niche métastatique dans des organes distants. Des travaux précédents avaient identifié un rôle de la tyrosine phosphatase SHP2 dans la motilité des cellules cancéreuses du sein triple négatives.

Les chercheurs ont montré qu'outre la migration cellulaire, la SHP2 influençait également la chimiotaxie et l'invasion in vitro. La phosphoprotéomique et l'analyse biochimique ont montré que la SHP2 a activé plusieurs cibles en aval et les familles de SRC kinase, via une l'interaction directe. Dans leur ensemble, ces résultats indiquaient que SHP2 fonctionnait lors des premières étapes de la migration du cancer du sein triple négatif. Ils ont également suggéré que le ciblage SHP2 puisse empêcher la formation de métastases.

Une autre partie du projet a exploré l'implication du ligand 2 de chimiokine C-C (CCL2) dans la métastase. Il a été constaté que la sécrétion de CCL2 par les tumeurs mammaires recrutait des monocytes inflammatoires exprimant le CCR2 vers des tumeurs primaires et des sites métastatiques.

Les chercheurs ont observé que la neutralisation de CCL2 chez les souris inhibait la métastase en retenant les monocytes dans la moelle osseuse. Le traitement anti-CCL2 a réduit les métastases au poumon, mais de façon surprenante, l'interruption de l'inhibition CCL2 a conduit à une stimulation métastatique et une mort accélérée. Ce phénomène a été attribué à l'action concertée des cytokines (IL6, VEGF-A) sur la mobilisation des cellules cancéreuses, la libération de monocytes depuis la moelle osseuse, et l'angiogenèse. Plus particulièrement, l'inhibition de CCL2 et d'IL-6 a considérablement réduit les métastases et augmenté la survie des animaux.

Ensemble, les résultats de l'étude PTPSMETBC fournissent un aperçu fondamental sur le mécanisme de la métastase du cancer du sein. De façon importante, l'identification des facteurs du processus ouvre la voie à l'intervention avec le mécanisme métastatique et l'amélioration du résultat du patient.

Informations connexes

Mots-clés

Cancer du sein, métastase, SHP2, CCL2, IL6