Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La viabilité des semences conservées

Une équipe européenne a étudié les méthodes utilisées par les plantes pour survivre à la dessiccation. Les résultats des études métaboliques ont permis aux chercheurs d'estimer la viabilité des semences conservées et les signes d'une perte imminente.
La viabilité des semences conservées
Les lichens et les semences résistent à de longues périodes de dormance grâce à une tolérance à la sécheresse. Les mécanismes sont encore méconnus, mais le secteur des banques de semences pourrait profiter d'une capacité à estimer la durée pendant laquelle une semence peut rester sèche.

Le projet MELISSA (Measurement of lichen and seed-survival through non-invasive assessment of metabolic activity), financé par l'UE, a mis au point de nouvelles techniques à cette fin. Dès lors, l'équipe a pu évaluer la viabilité des cellules des tissus végétaux résistant à la dessiccation, et a associé ces données aux changements au niveau des métabolites cellulaires. Ils ont aussi éclairci les mécanismes métaboliques et biophysiques responsables de la tolérance à la dessiccation.

Au cours de la première année, les travaux ont essentiellement porté sur les lichens. Pendant la deuxième année, les chercheurs se sont essentiellement concentrés sur les semences.

MELISSA a mis au point une chambre permettant le contrôle des conditions intérieures. Elle a permis de suivre l'empreinte thermique pendant la réhydratation des lichens et des graines. Les travaux ont aussi donné lieu à des techniques de vieillissement artificiel. Elles ont été mises au point pour des lichens, mais ont été utilisées sur des semences.

L'équipe a pu diagnostiquer de manière non invasive la viabilité des tissus végétaux à l'aide d'une méthode comprenant l'évaluation de l'empreinte thermique pendant l'assimilation de l'eau. Le groupe a par ailleurs développé une méthode de suivi des composés organiques volatils émis par les semences ou les lichens pendant le vieillissement.

Les chercheurs ont également étudié la mobilité moléculaire des lichens, attestant l'absence de réactions enzymatiques pendant «l'état vitreux» marquant une déshydratation grave.

MELISSA a contribué à l'amélioration de l'utilisation des banques de semences, ce qui aura un impact considérable sur l'agriculture et la conservation. Les techniques ont appuyé les signes d'une perte de viabilité pour les semences conservées.

Informations connexes

Mots-clés

Lichen, semences, survie, MELISSA, dessiccation, métabolisme
Numéro d'enregistrement: 190683 / Dernière mise à jour le: 2016-12-08