Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La lutte contre l'ADN non codant pour la stabilité génétique

L'ADN non codant est présent en grandes quantités dans les génomes. Pour éviter des mutations mortelles, son activité doit être inhibée au cours du développement.
La lutte contre l'ADN non codant pour la stabilité génétique
Le projet TRANSTEARA (Determining the role of gamete small RNAs in propagating the trans-generational epigenetic silencing of transposable elements), financé par l'UE, a étudié la suppression épigénétique des éléments transposables dans les grains de pollen, l'embryon et l'endosperme des plantes. Le contrôle de la transcription est en grande partie due à de petits ARN interférents (easiRNA) activés de façon épigénétique.

En utilisant un ensemble de techniques de biologie moléculaire et cellulaire, les chercheurs ont étudié où et comment se produit le silençage. Ils ont en particulier examiné les mécanismes qui facilitent la suppression de l'expression des éléments transposables.

Les résultats ont montré que le silençage des éléments transposables a lieu dans le noyau végétatif (VN), les cellules spermatiques du pollen et les tissus post-fécondation, l'embryon et l'endosperme. Pour ce faire, des petits ARN interférents agissant contre les éléments transposables peuvent se déplacer depuis les cellules nourricières vers les cellules spermatiques.

Renforçant l'inhibition et le contrôle, les petits ARN TE dérivés du mâle influencent le développement de la graine et l'empreinte génomique liée aux éléments transposables. Les résultats d'une analyse du génome complet de plusieurs petits ARN et de la méthylation de la cytosine dans les grains de pollen et les graines sont en cours d'analyse et feront l'objet d'une publication après le projet.

Les travaux sur les mouvements de l'ARN ont déjà été exposés dans la revue Nature. D'autres activités importantes de diffusion ont été menées à l'occasion d'ateliers et de deux colloques.

Les recherches de TRANSTEARA contribueront au développement d'outils destinés à améliorer la stabilité génétique des cultures et la compatibilité hybride pour la sélection des plantes. L'ADN non-codant et les éléments transposables sont répandus chez toutes les formes de vie et une amélioration des connaissances des bases à leur sujet pourrait permettre de contrer leur potentiel cancérogène chez l'homme par exemple.

Informations connexes

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

ADN non codant, stabilité génétique, mutations, TRANSTEARA, éléments transposables