Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les déterminants moléculaires du dysfonctionnement métabolique neuronal

Des chercheurs européens ont exploré comment les gènes de l'antigène du mélanome (MAGE) provoquent un dysfonctionnement métabolique dans les neurones.
Les déterminants moléculaires du dysfonctionnement métabolique neuronal
Les gènes MAGE ont suscité un intérêt accru de par leurs rôles dans les maladies humaines, notamment le cancer et les troubles du développement neurologique. Deux membres de la superfamille MAGE, la necdine et MAGEL2, provoquent le syndrome Prader-Willi. Ce trouble génétique est associé à une fonction cognitive aberrante et à des psychoses, ainsi que des troubles métaboliques comme l'hyperphagie, une masse de graisse corporelle élevée et l'obésité.

Les scientifiques du projet MITONEUROMAGE (The role of MAGE proteins in mitochondria: Novel insights for the regulation of neuronal function), financé par l'UE, ont souhaité explorer la fonction exacte de la necdine et MAGEL2 dans le métabolisme neuronal. Étant donné le grand nombre de protéines MAGE chez les mammifères, ils ont pris pour modèle le nématode Caenorhabditis elegans qui ne comprend qu'une seule protéine MAGE.

Les résultats du projet ont indiqué que MAGE-1 était exprimé dans les neurones et situé principalement au niveau des mitochondries. Les chercheurs ont observé que la perte de MAGE-1 conduisait à la fragmentation mitochondriale, l'autophagie et l'accumulation de graisse corporelle.

La connaissance mécanistique de la fonction de MAGE-1 a révélé qu'elle régulait l'activité du régulateur SKN-1 de biogenèse mitochondriale principale. Au niveau de l'organisme, la carence en MAGE-1 a conduit à une résistance accrue au stress oxydatif. Ces découvertes ont également été vérifiées sur des neurones mammifères. Les scientifiques ont en effet montré de façon plus approfondie que la necdine orthologue mammifère interagissait avec des composants spécifiques de la chaîne de transport des électrons.

Dans l'ensemble, les résultats de MITONEUROMAE démontrent une conservation évolutionnaire de la fonction de la necdine dans la régulation du maintien des mitochondries et de l'autophagie. Compte tenu de l'importance de ces deux processus pour l'homéostasie générale des neurones, l'implication de la necdine fournit un nouvel angle d'approche de la pathologie neuronale.

Informations connexes

Mots-clés

Trouble métabolique, MAGE, neurones, necdine, MITONEUROMAGE