Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Une collaboration internationale sur les géorisques

Une initiative financée par l'UE a permis des échanges entre chercheurs européens de pointe avec l'Inde et la Chine pour approfondir les connaissances et la compréhension des géorisques.
Une collaboration internationale sur les géorisques
L'objectif du projet GEO (Geohazards and geomechanics) était de rassembler des groupes de recherche de renommée mondiale impliqués dans l'évaluation, la prévention et l'atténuation des géorisques. Les études ont principalement porté sur les inondations, les glissements de terrain et les tremblements de terre, ainsi que sur l'effet du changement climatique et des activités humaines sur la dégradation des sols.

Les partenaires du projet ont cherché à mieux comprendre pourquoi les défenses contre les inondations étaient inefficaces, ainsi qu'à améliorer les modèles des régions sujettes aux inondations. Ils ont également étudié les conditions géomécaniques à l'origine des glissements de terrain, modélisant les flux de débris et les coulées de boue pour estimer le pouvoir destructeur des matériaux impliqués dans les glissements de terrain.

Un modèle de contact de liaison unifié basé sur des données de test micromécaniques a été développé pour déterminer l'instabilité des pentes rocheuses. Le modèle a été mis en œuvre en utilisant un code de méthode par éléments distincts (MED) pour analyser le comportement des roches altérées dans le temps et les fissurations de roches jointes dues à l'usure.

Le code a été utilisé pour effectuer des simulations numériques, notamment des tests de compression et de tension. Le modèle validé a ensuite été utilisé pour simuler la propagation des fissures et la fracture des roches, puis comparé avec des observations expérimentales. Le rôle du cisaillement interne dans les glissements de terrain composés a également été étudié à l'aide d'une méthode de point matériel (MPM) pour simuler les glissements de terrain.

Les chercheurs ont également développé une méthode de cartographie quantitative pour déterminer le risque de propagation latérale associé à la liquéfaction induite par les tremblements de terre et considéré tous les tremblements de terre possibles survenant sur un site. L'efficacité des modèles et de la procédure a été démontrée à partir d'études de cas.

De nouveaux outils numériques ont été développés pour analyser les fissures et les glissements de terrain sous-marins potentiels, déclenchés par l'exploitation des sédiments renfermant des hydrates de méthane (MHBS) dans les fonds marins profonds. De plus, un nouveau modèle de contact de liaison couplé thermo-hydro-mécanique de MHBS a été créé à partir de tests micromécaniques.

Le projet GEO a non seulement réuni des scientistes de niveau mondial, mais aussi formé des chercheurs en début de carrière. Ainsi, il a permis d'améliorer les normes et les codes régissant les géorisques et d'élaborer de nouvelles approches pour résoudre les défis liés à la recherche.

Informations connexes

Mots-clés

Géorisques, sédiments renfermant des hydrates de méthane, GEO, méthode à éléments distincts, méthode du point matériel