Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Comment maintenir une relation mutuelle

Les fourmis coupeuses de feuilles prennent-elles leur symbiontes bactériens producteurs d'antibiotiques dans l'environnement, ou cette relation mutuelle est-elle le résultat de la coévolution au fil des ans? Les chercheurs résolvent généralement cette question en montrant comment le mutualisme conduit à la formation des communautés bactériennes qui profitent à leur hôte.
Comment maintenir une relation mutuelle
Les mutualismes sous-tendent une grande partie de la complexité du monde naturel. Comprendre comment la coopération entre différentes espèces reste stable pendant de nombreuses générations est donc une question importante au sein de la biologie de l'évolution, mais en grande partie irrésolue.

Le projet TACTIC (The actinomycete connection), financé par l'UE, visait à mieux comprendre la nature de la symbiose entre les fourmis coupeuses de feuilles (attines) et les bactéries Pseudonocardia produisant les antibiotiques et à utiliser cette symbiose et la communauté microbienne environnante (microbiome), comme modèle pour augmenter notre compréhension générale de ce type de relations mutuelles.

Les chercheurs ont cartographié le microbiome externe (sur la cuticule de la fourmi) sur des travailleurs d'âge différent pour voir comment la symbiose change au cours de la durée de vie de la fourmi; et chez les espèces d'attines les plus primitives aux plus sophistiquées, pour mesurer la diversité des souches de symbiontes.

Ils ont testé des modèles théoriques pour la dynamique de la concurrence bactérienne, dans des expériences utilisant le symbionte et les concurrents connus pour voir comment les microbiomes bénéfiques pourraient évoluer autour d'un mutualisme.

Les chercheurs montrent que les espèces de fourmis coupeuses de feuilles les plus sophistiquées présentent une symbiose étroitement co-évoluée dominée par la Pseudonocardia productrice d'antibiotiques. Ils ont constaté que les fourmis attines semblent favoriser la concurrence entre les bactéries sur leur cuticule, ce qui favorise les communautés actinobactériennes qui sont bénéfiques pour la fourmi hôte.

Ces résultats font la lumière sur la nature de la symbiose entre les fourmis attines et l'actinobactérie Pseudonocardia et contribuent à notre meilleure compréhension de la manière dont les symbioses peuvent être maintenues au fil du temps.

Informations connexes

Mots-clés

Mutualisme, microbiome, antibiotiques, actinobactérie, fourmis coupeuses de feuilles, TACTIC, symbiose
Numéro d'enregistrement: 190983 / Dernière mise à jour le: 2017-02-01