Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

ER LONGEVITY Résultat en bref

Project ID: 303714
Financé au titre de: FP7-PEOPLE
Pays: Allemagne

Dévoiler les mécanismes de l'homéostasie des protéines pour une durée de vie prolongée

Une régulation correcte de l'homéostasie des protéines dans les cellules est cruciale pour la santé d'un organisme. Un projet financé par l'UE a montré qu'améliorer la protéostase dans le réticulum endoplasmique (RE) favorise la résistance au stress cellulaire, ce qui peut influencer positivement la durée de vie et la santé.
Dévoiler les mécanismes de l'homéostasie des protéines pour une durée de vie prolongée
L'homéostasie protéique décrit les processus internes aux cellules qui régulent la synthèse protéique, le repliement et la dégradation dans la cellule pour maintenir la santé du protéome cellulaire. La perte de la capacité homéostatique a des conséquences sur la durée de vie d'un organisme, et peut également conduire au vieillissement des cellules et à des maladies liées à l'âge chez les personnes âgées, comme les maladies cardiaques, le diabète et la neurodégénerescence.

Au sein du RE, certains processus et systèmes veillent à ce que seules les protéines correctement repliées soient exportées du RE. Face au stress, lorsque les protéines dépliées s'accumulent dans le lumen du RE, ce dernier déclenche une série de voies de transduction du signal de réponse de protéine dépliée. Ces voies jouent un rôle crucial dans la restauration de l'homéostasie du RE. Dans le cadre du projet ER LONGEVITY (Improving protein homeostasis to extend health- and lifespan), financé par l'UE, les scientifiques ont identifié une nouvelle voie de longévité dans l'organisme modèle Caenorhabditis elegans, qui soutient l'hypothèse selon laquelle le RE contribue à la résistance au stress.

La voie utilise des métabolites du sucre aminé endogène pour améliorer l'homéostasie protéique et prolonger la durée de vie du nématode. Cette voie, appelée voie des hexosamines, est contrôlée par une enzyme appelée GFAT-1. Les scientifiques ont identifié des mutations de gain de fonction dans le gène GFAT-1 du C. elegans, qui entraînent des niveaux cellulaires élevés du produit de la voie, le sucre aminé UDP-GlcNAc. Ainsi, la voie des hexosamines et UDP-GlcNAc sont des médiateurs de la résistance au stress protéotoxique et de la longévité. L'activation de GFAT-1 a prolongé la durée de vie du nématode en améliorant la protéostase dans le RE. Les futurs travaux se concentreront sur l'exploration des mécanismes qui lient les taux de concentration UDP-GlcNAc aux améliorations dans le contrôle de la qualité protéique mais aussi dans le système mammifère.

Élucider les nouveaux mécanismes qui coordonnent l'homéostasie protéique présente des implications positives pour les maladies humaines liées à l'âge et la longévité. Les résultats du projet ont été publiés dans des revues.

Informations connexes

Mots-clés

Homéostasie des protéines, durée de vie, réticulum endoplasmique, résistance au stress, ER LONGEVITY
Numéro d'enregistrement: 191023 / Dernière mise à jour le: 2017-02-07