Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Un nouveau vaccin mis au point pour combattre les douves du foie

La fasciolose est une maladie des ruminants causée par les douves du foie (Fasciola hepatica), qui touche également des millions de personnes dans le monde. Une initiative financée par l'UE a été mise en place pour mettre au point un vaccin visant à combattre cette menace pour la santé humaine et au bétail.
Un nouveau vaccin mis au point pour combattre les douves du foie
Les douves du foie représentent un des parasites les plus puissants de la nature puisqu'elles ont la plus grande répartition mondiale et le plus large éventail d'hôtes de toutes les helminthes (couramment appelées vers parasites). La capacité de F. hepatica à se développer est liée à l'efficacité par laquelle elle envahit son hôte (généralement les ovins et les bovins) et désactive leurs réponses immunitaires protectrices.

L'objectif du projet FLUKVAC (Establishing new concepts and approaches for future vaccine development against parasitic pathogens of cattle) était donc de développer un vaccin contre la douve du foie en bloquant la capacité des helminthes parasites à désactiver le système immunitaire de son hôte.

L'utilisation des produits chimiques pour traiter les vers n'est pas efficace sur le long terme à cause de l'émergence continue de parasites résistants aux médicaments. Par ailleurs, la présence de résidus chimiques et antibiotiques dans les aliments a suscité davantage d'inquiétudes chez les consommateurs quant à la façon dont sont élaborés les aliments et ce qu'ils consomment. Les vaccins, d'autre part, ne laissent aucune trace chimique sur les aliments, sont respectueux de l'environnement et sont acceptés par les utilisateurs et les consommateurs.

Le développement de nouveaux vaccins efficaces contre la fasciolose précoce nécessite de comprendre comment le parasite infecte l'hôte ruminant, endommage les tissus et module la réponse immunitaire de l'hôte notamment dans les premiers jours de l'infection. Des études ont montré que lorsque le parasite migre à travers l'épithélium intestinal, les signes cliniques ne sont pas évidents, bien qu'une réponse immunologique soit induite, comme l'illustrent les nombreuses cellules immunitaires s'infiltrant dans la cavité péritonéale.

Le parasite migrant de l'intestin vers le foie par le biais du péritoine, FLUKVAC s'est intéressé au liquide péritonéal des animaux infectés. Cela a fourni de nouvelles informations sur la réponse immunitaire précoce qui peut être exploitée pour le développement de vaccins. Les données peuvent également servir à identifier les protéines spécifiques à l'hôte qui pourraient servir de biomarqueurs de l'infection.

L'analyse protéomique du liquide péritonéal de moutons infectés et non-infectés a identifié 324 protéines, dont 31 protéines observées uniquement chez les animaux infectés. On a pu constater que la fasciolose précoce entraînait une expression accrue des composants de la matrice extracellulaire du foie, dont le collagène, la périostine et la molécule 1 d'adhésion cellulaire vasculaire (VCAM-1). Ceci peut se révéler important pour la signalisation des réponses immunitaires des hôtes aux lésions tissulaires.

FLUKVAC a par conséquent caractérisé les biomarqueurs majeurs des lésions du foie induites par le parasite comme la périostine et VCAM-1, qui peuvent servir au diagnostic et au développement de vaccin afin de réduire ou d'empêcher l'apparition de la pathologie hépatique.

Informations connexes

Mots-clés

Fasciolose, Fasciola hepatica, FLUKVAC, périostine, VCAM-1