Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

PROKIN Résultat en bref

Project ID: 624798
Financé au titre de: FP7-PEOPLE
Pays: Danemark

Pourquoi les espèces ont évolué pour reconnaître leur parentèle

Des chercheurs de l'UE ont participé à la résolution d'un puzzle évolutionnaire en révélant pourquoi la reconnaissance et l'association avec des parents aident les araignées sociales à mieux se nourrir.
Pourquoi les espèces ont évolué pour reconnaître leur parentèle
Les espèces qui vivent au moins une partie de leurs vies dans des groupes sociaux mixtes ont deux raisons de reconnaître leur parentèle au sein d'un groupe. L'une est d'éviter la consanguinité et l'autre est de coopérer de préférence avec des individus auxquels ils sont liés.

L'initiative PROKIN (Proteomic explanations for the adaptive significance of kin recognition in subsocial spiders), financée par l'UE, a utilisé des araignées sociales comme modèle pour comprendre comment la reconnaissance de la parentèle a évolué.

Des études ont montré que les araignées dans des groupes ne comportant que des parents ont une croissance plus rapide et importante que celles appartenant des groupes à parentèle mixte. Pour voir pourquoi la coopération avec des parents semble améliorer leur condition et leur survie, PROKIN a étudié une espèce à parentèle mixte appelée Stegodyphus lineatus.

Les chercheurs supposaient qu'elle pouvait avoir un impact sur la manière dont les araignées se nourrissent en groupe. Plusieurs ou toutes les araignées d'un groupe libèrent des fluides digestifs sur le corps des proies capturées pour dissoudre leurs tissus avant de les consommer ensemble. Il est possible que la digestion de la proie soit moins efficace lorsque les araignées ne sont pas liées.

Les chercheurs n'ont cependant rien trouvé dans les fluides digestifs des araignées liées et non liées qui pourrait expliquer les différences d'efficacité de la digestion. Ils ont par conséquent décidé d'observer si les araignées modifiaient leur comportement en fonction du fait qu'elles se nourrissent avec des parents ou non.

Pour cela, ils ont conduit 200 essais d'alimentation sur des groupes exclusivement composés de parents et des groupes à parentèle mixte d'une autre espèce d'araignée, Stegodyphus africanus. Les résultats ont confirmé que les groupes à parentèle mixte se nourrissent de manière moins efficace et que cela est dû à la concurrence entre les araignées non parentes au sein du groupe.

De manière intrigante, les araignées non parentes coopéraient jusqu'à ce qu'il leur soit donné une proie. Lorsqu'un repas appétissant s'annonçait, les individus des groupes mixtes essayaient de monopoliser la proie et de chasser leurs compagnons de recherche de nourriture.

Les chercheurs ont conclu que les individus étrangers sont tolérés dans un groupe car ils aident à chercher de la nourriture et éloigner les prédateurs. L'association avec les parents, cependant, est avantageuse parce qu'elle permet de libérer du temps pour l'alimentation en limitant la concurrence entre individus. Cela expliquerait pourquoi la capacité de reconnaître la parentèle a évolué au sein de ces espèces.

Informations connexes

Mots-clés

Araignées sociales, PROKIN, reconnaissance de la parentèle, groupes à parentèle mixte, efficacité de la digestion
Numéro d'enregistrement: 191158 / Dernière mise à jour le: 2017-02-21