Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le traitement des informations olfactives dans le cerveau des souris

Un financement de l'UE a soutenu des chercheurs dans leur quête pour élucider le codage des informations sensorielles dans les populations neuronales du bulbe olfactif (BO) chez les souris.
Le traitement des informations olfactives dans le cerveau des souris
Le cerveau est un organe complexe et même si la science avance à pas de géant, une grande partie de son fonctionnement reste un mystère. L'initiative ODORLEARNINGCIRCUIT (Sensory learning-induced changes of neuronal population activity in the olfactory bulb of awake mice) a étudié comment les informations olfactives sont traitées du BO vers les circuits spécialisés du cerveau chez les souris éveillées pendant des tâches de discrimination des odeurs. Ils ont utilisé une microscopie à deux photons pour cartographier l'activité neuronale de la population.

Le BO contient deux populations neuronales appelées cellules mitrales et cellules capitonnées (CM et CC, respectivement) qui reçoivent les informations olfactives et les transmettent au cerveau. Les chercheurs ont utilisé des indicateurs Ca2+ génétiquement encodé (ICGC) pour établir une distinction entre les deux populations neuronales dans le BO.

Les résultats de l'étude ont révélé une plasticité d'ensemble dépendant du type d'état et de cellule dans le BO avec séparation de motif des informations olfactives complexes par le biais de voies sensorielles parallèles. Les CM et CC ont discriminé les odeurs sur la base de leurs plages de concentration. Curieusement, la discriminabilité des odeurs de l'ensemble restait stable avec le temps alors que la représentation des odeurs de l'ensemble était réorganisée tous les jours.

Les tâches d'apprentissage de discrimination des odeurs actives ont découvert une forme jusque-là inconnue de plasticité d'ensemble à long terme exclusivement dans la population des CM qui ont amélioré la discriminabilité des odeurs.

Ensemble, les conclusions de ODORLEARNINGCIRCUIT pourraient être utilisées pour optimiser le codage des informations dans le BO. Outre la physiologie olfactive, ces méthodes pourraient également être adaptées pour étudier les mécanismes sous-jacents dans d'autres circuits neuronaux.

Informations connexes

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

Odeur, informations sensorielles, bulbe olfactif, ODORLEARNINGCIRCUIT, plasticité de l'ensemble
Numéro d'enregistrement: 191206 / Dernière mise à jour le: 2017-02-23