Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Turin illustre l'impact de l'immigration sur le marché du travail

Une vague d'immigration au nord de l'Italie il y a presque 300 ans démontre la puissante dynamique exercée sur les travailleurs, le travail et la délocalisation. Les résultats de recherche semblent toujours pertinents dans le contexte des modèles d'immigration massive actuels.
Turin illustre l'impact de l'immigration sur le marché du travail
Au cours de la première moitié du XVIIIe siècle, la ville de Turin en Italie a vu l'arrivée de migrants venant du royaume de Savoie et des régions environnantes, comme Milan et les Alpes au nord-ouest. L'augmentation de la population a été soutenue par l'arrivée de travailleurs expérimentés dans le bâtiment et la construction. Plusieurs constructions majeures ont été réalisées au cours de cette période, comme le Palais Madame, la Basilique de Superga et le Pavillon de chasse de Stupinigi. Les bâtiments étaient le résultat d'un grand programme de rénovation initié par l'architecte Filippo Juvarra.

Le projet WORK AND MIGRATION (Migration, integration and labour market: Skilled workers and building sites in Turin in the eighteenth century), financé par l'UE, a étudié la façon dont les migrants se sont intégrés dans cette ville européenne du début de l'époque moderne. Il a examiné les opportunités d'accès et les stratégies d'intégration des immigrants sur de nouveaux lieux comme Turin, et comment ils ont contribué à former une identité de groupe.

Turin a fait l'objet d'une urbanisation rapide à travers l'extension de son secteur nord-ouest. Elle a également été le théâtre de nombreuses réformes qui ont conduit à l'organisation institutionnelle de l'État et de la ville au cours de cette période.

Pour atteindre ses objectifs, l'équipe du projet a étudié comment les nouveaux-venus ont accédé au marché du travail et trouvé leur place dans la société. Elle s'est penchée sur les origines des immigrants et l'impact sur la solidarité du groupe, l'identité et la formation des enclaves d'immigrants. L'équipe s'est également attachée à comprendre comment les institutions ont favorisé l'intégration des migrants au sein de l'environnement urbain.

D'importantes données ont été rassemblées et analysées à partir de diverses sources comme les actes judiciaires civils et criminels, les bureaux notariaux, les recensements de la population, les emplois du temps et les autorités du secteur du bâtiment. La recherche correspondante a apporté des connaissances précises sur le comportement des parties sociales et révélé le processus par lequel les espaces sociaux ont été définis. Elle a mis en évidence les chaînes migratoires et la cohésion entre compatriotes, révélant des réseaux complexes de relations professionnelles autour des sites de construction.

Cette analyse socio-politique et économique affine le débat sur la mondialisation, l'influence du marché du travail et le rôle d'institutions nationales adaptées. Elle renforce la légitimation actuelle de l'immigration en UE, qui conditionne le séjour à la signature d'un contrat de travail et à l'obtention d'un permis de travail.

Enfin, le projet s'est concentré sur la définition des zones alpines en France, en Italie et en Suisse en tant qu'espace alpin possédant un vrai caractère transnational au niveau européen. La recherche montre comment la région rassemble diverses identités et constitue un laboratoire de développement de différentes cultures et minorités, validant ainsi des recherches précédentes sur le sujet. Dans le monde d'aujourd'hui où la mondialisation et la migration sont des questions importantes, cette recherche apporte d'importantes informations pour nourrir le débat.

Informations connexes

Mots-clés

Turin, immigration, marché du travail, WORK AND MIGRATION, intégration, alpin