Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les sous-produits de désinfection de l'eau potable: l'origine de leurs effets toxiques, les techniques d'enrichissement, les effets de mélange, les stratégies de prévention

Une initiative financée par l'UE a développé des outils bio-analytiques de dépistage pour identifier les sous-produits de désinfection (DBP, pour disinfection by-products) de l'eau traitée.
Les sous-produits de désinfection de l'eau potable: l'origine de leurs effets toxiques, les techniques d'enrichissement, les effets de mélange, les stratégies de prévention
Pour la désinfection de l'eau potable et l'élimination des pathogènes, l'utilisation d'oxydants chimiques peut entraîner la formation de sous-produits dits de désinfection qui soulèvent aujourd'hui des inquiétudes en termes de santé publique. La chloration de l'eau potable, par exemple, peut générer toute une gamme de sous-produits toxiques dont seuls un certain nombre ont été identifiés et analysés pour leur toxicité potentielle.

D'un autre côté, de nombreux sous-produits de désinfection sont des composés volatils et polaires difficilement analysables par les méthodes actuelles. Le projet AQUABIOTOX (Bioanalytical evaluation, identification, and characterisation of disinfection by-products formed during drinking water treatment) a justement été chargé de développer et d'évaluer les techniques et essais biologiques capables d'identifier ces sous-produits de désinfection.

Pour développer un outil de dépistage combinant essais biologiques cellulaires et analyses chimiques et identifier les sous-produits de désinfection pertinents d'un point de vue toxicologique, les partenaires du projet ont amélioré les techniques d'extraction et de bioanalyse. La combinaison de l'évaluation bioanalytique et des dernières techniques d'analyse chimique permettra la mise en place d'un système d'orientation basé sur les effets afin d'identifier les produits toxiques formés pendant le processus de traitement de l'eau.

Les chercheurs se sont appuyés sur un ensemble de neuf essais biologiques cellulaires in vitro, reflétant les différents stades de toxicité, pour évaluer 50 sous-produits de désinfection. Ces résultats ont permis d'obtenir une vision plus claire des mécanismes moléculaires responsables de la toxicité réactive des sous-produits de désinfection. Dans une étude de mélange, les chercheurs ont démontré les effets additifs des concentrations de DBP, un résultat qui permettra de hiérarchiser les futures évaluations de risque. Par ailleurs, un processus de fractionnement s'appuyant sur la chromatographie liquide à haute performance a permis de séparer les composés toxiques et d'identifier les sous-produits de désinfection présentant des caractéristiques importantes de toxicité.

Les chercheurs ont également évalué 10 filtres commerciaux destinés à purifier l'eau du robinet ainsi que leur capacité à réduire la concentration absorbable d'halogénures et de fluorures organiques. Ils ont ainsi montré que les filtres à charbon actif de l'eau du robinet offraient d'importants bénéfices en termes de santé en éliminant les composés organiques comme les sous-produits de désinfection à la condition être remplacés de manière régulière.

Les partenaires du projet AQUABIOTOX ont ainsi pu développer des outils de dépistage bio-analytiques pour la surveillance toxicologique des eaux traitées, une réussite qui leur permettra d'identifier à l'avenir les sous-produits de désinfection pertinents d'un point de vue toxicologique. Ce progrès technologique devrait ainsi permettre aux autorités compétentes de réduire l'impact sanitaire de ces produits et d'assurer une meilleure qualité de l'eau à tous les citoyens de l'UE.

Informations connexes

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

Sous-produits de désinfection, eau potable, AQUABIOTOX, essai biologique, chromatographie liquide à haute performance
Numéro d'enregistrement: 198764 / Dernière mise à jour le: 2017-06-06