Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

CARDIOPROOF — Résultat en bref

Project ID: 611232
Financé au titre de: FP7-ICT
Pays: Italie
Domaine: Santé

Un nouveau logiciel, qui suit les problèmes cardiaques sur un patient, s'approche de la commercialisation

Un projet financé par l'UE a testé un logiciel médical de pointe en situation clinique, contribuant à démontrer son efficacité et à améliorer sa facilité d'utilisation.
Un nouveau logiciel, qui suit les problèmes cardiaques sur un patient, s'approche de la commercialisation
Un tel logiciel, capable de modéliser et de prévoir l'évolution d'une maladie sur un patient donné, serait intéressant pour la médecine, mais il reste difficile à mettre en œuvre dans un contexte hospitalier.

Les nouvelles solutions médicales peuvent avoir du mal à s'imposer, lorsque leur validation ne bénéficie pas de suffisamment d'essais en situation clinique, mais aussi lorsque le logiciel est trop complexe pour le personnel médical.

Le projet CARDIOPROOF (Proof of Concept of Model-based Cardiovascular Prediction), financé par l'UE, a contribué à rapprocher le développement d'un nouvel outil de modélisation informatique avec son déploiement dans un hôpital ou une clinique. «Notre projet a renforcé la confiance envers les modèles informatiques prévisionnels, ainsi que leur acceptation par le personnel médical», déclare Edwin Morley-Fletcher, qui coordonne le projet CARDIOPROOF.

Le projet s'est intéressé aux maladies de la valvule aortique et à la coarctation de l'aorte en pédiatrie. À défaut de traitement, elles peuvent conduire à des défaillances cardiaques irréversibles. Les chercheurs ont testé des logiciels capables de déboucher sur un diagnostic précoce des maladies, de prévoir le comportement et l'évolution de la maladie, et d'estimer les résultats d'un traitement.

Les chercheurs de CARDIOPROOF ont testé quatre outils: des solutions perfectionnées de modélisation de l'électromécanique du cœur, la modélisation de l'écoulement du sang dans la crosse aortique (via la méthode SPH, hydrodynamique de particule lissée), un modèle d'interaction entre le fluide et la structure, et la modélisation de la coarctation aortique simulant les possibilités de traitement.

Ils voulaient valider ces outils lors de tests cliniques dans trois centres d'excellence européens en matière de soins du cœur: l'Ospedale Pediatrico Bambin Gesù de Rome, la fondation GOSH (Great Ormond Street Hospital for Children NHS Foundation Trust) de l'University College London, et le Deutsches Herzzentrum Hospital de Berlin.

Les chercheurs de CARDIOPROOF ont conçu une expérience randomisée pour évaluer l'impact des outils de modélisation sur la prise de décision clinique. L'expérience a impliqué 172 cardiologues, guidés via trois scénarios de prise de décision et divisés en deux groupes. L'un des groupes a reçu des données servant actuellement à déterminer les voies de traitement, l'autre a reçu en outre des données venant de la modélisation.

«Cette expérience a montré l'impact positif potentiel de l'aide apportée par la modélisation informatique dans la prise de décision clinique. En apportant des informations utiles pour choisir le meilleur traitement et la chronologie adéquate de l'intervention, nous avons encouragé les recherches futures dans ce domaine», souligne Edwin Morley-Fletcher.

En outre, le projet CARDIOPROOF a renforcé les preuves des avantages cliniques liés à l'utilisation de modèles informatiques pour un outil de stent virtuel qui évalue les options de traitement. Il a aussi montré les avantages d'un outil informatique de cartographie de la pression, qui permet d'éviter la pose de cathéters invasifs et dangereux pour mesurer la pression sanguine.

Le projet a aussi cherché à améliorer la facilité d'usage des outils informatiques, et étudié comment alléger les exigences relatives au matériel. Il a mis au point des outils accessibles depuis un navigateur Internet standard, sans aucune installation, renforçant considérablement la facilité d'utilisation en clinique.

Depuis la fin du projet en décembre 2016, plusieurs des outils testés ont été intégrés dans des logiciels commercialisés. Enfin, les ensembles de données et le système de gestion des données résultant du projet CARDIOPROOF seront utilisés par MYHEALTHMYDATA, un nouveau projet financé par l'UE. Son but sera de créer une architecture informatique sécurisée pour stocker, gérer et échanger les données relatives aux patients.

Mots-clés

CARDIOPROOF, maladie du cœur, tests cliniques, modélisation informatique, traitement, pédiatrie