Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La cognition sociale chez les singes

Une équipe de l'UE a étudié la relation entre capacité cognitive et complexité sociale chez les singes. Même si les différences entre espèces à complexité sociale élevée et faible sont généralement mineures, les espèces à complexité élevée présentent une cognition sociale avancée.
La cognition sociale chez les singes
D'après Charles Darwin, et les preuves apportées depuis, les êtres humains partagent certaines capacités cognitives avec les animaux, tandis que d'autres sont exclusivement humaines. Une hypothèse sur l'intelligence sociale peut expliquer certaines des différences, selon lesquelles la capacité cognitive pourrait être liée à la complexité des environnements sociaux des diverses espèces.

Le projet MACACOGNITUM (Evolution of cognition and primate social style), financé par l'UE, a testé l'hypothèse. L'équipe a comparé les capacités cognitives de plusieurs espèces de singes très proches ayant différents niveaux de complexité sociale. Les chercheurs avaient prévu d'utiliser des tests psychologiques standardisés et une approche expérimentale descendante pour révéler les capacités cognitives des singes et l'influence du style social. Les résultats devaient montrer l'histoire évolutionnaire des traits cognitifs chez les singes.

Les chercheurs ont effectué des tests sur 39 macaques de trois sanctuaires et de centres de recherche européens en utilisant 16 tâches cognitives, une tâche de contrôle inhibiteur et une étude de tempérament.

Les espèces socialement tolérantes et intolérantes étaient comparables en termes de cognition physique. Cependant, les macaques tolérants présentaient de meilleures performances que les espèces moins tolérantes sur certaines tâches de cognition sociale et sur la tâche de contrôle inhibiteur. Ces résultats soutiennent l'hypothèse que la tolérance sociale est associée à une cognition plus sophistiquée.

L'équipe a conclu que les signaux communicatifs plus avancés et le contrôle inhibiteur ont un impact sur la coordination et la communication entre individus. Une seconde conclusion était que la présence combinée de tolérance sociale et de liens forts entre individus sans relations semblait particulièrement faciliter la coopération. Les résultats illustrent une potentielle histoire évolutionnaire de la coopération et de la cognition humaine.

Les membres du projet ont présenté les résultats à la communauté scientifique par le biais de conférences et de publications dans des revues à comité de lecture. De plus, l'équipe a communiqué à un plus large public par le biais d'évènements de sensibilisation, comme une journée portes ouvertes au zoo, et des présentations dans des écoles.

Les résultats du projet MACACOGNITUM et les nouvelles synergies de recherche auxquelles il a donné lieu ont développé l'excellence des études dans l'Espace européen de la recherche (EER). En particulier, les résultats constituent une fenêtre possible sur l'évolution des esprits humains et des autres primates.

Informations connexes

Mots-clés

Cognition sociale, complexité sociale, MACACOGNITUM, évolution, primate, style social