Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

VMERGE — Résultat en bref

Project ID: 613996
Financé au titre de: FP7-KBBE
Pays: France
Domaine: Santé, Recherche fondamentale

Un nouveau point de vue sur les maladies virales transmises par vecteur

Les changements environnementaux et socio-économiques récents ont provoqué la réémergence des maladies transmises par vecteur. Les recherches dans ce domaine permettront d'améliorer tant la santé animale que publique.
Un nouveau point de vue sur les maladies virales transmises par vecteur
Les épizooties de fièvre catarrhale du mouton et du virus de Schmallenberg en Europe ou du virus de la fièvre de la vallée du Rift (FVR) en dehors d'Afrique, ont démontré que les maladies virales transmises par vecteur peuvent émerger et se propager rapidement sur de grandes distances et qu'elles sont difficiles à contrôler. Il est par conséquent primordial de développer nos connaissances quant aux relations complexes entre ces vecteurs, les virus et leurs hôtes.

Le projet VMERGE (Emerging viral vector borne diseases), financé par l'UE, a ainsi étudié le risque d'introduction, d'émergence et de propagation des virus dont les moustiques sont les vecteurs. L'objectif principal des chercheurs était de comprendre la compétence du vecteur, la dynamique des populations ainsi que la transmission du virus.

Le consortium a d'abord récolté moustiques, sérums et données environnementales et, grâce au développement d'outils de diagnostic moléculaires et sérologiques innovants, généré une masse importante de données concernant la prévalence de ces arbovirus. Combinées aux analyses de métagénomique, ces données leur ont permis d'identifier de nouveaux virus présentant un intérêt potentiel pour la santé humaine et animale tout en élargissant nos connaissances sur la diversité des virus.

Les chercheurs ont par ailleurs, analysé le microbiome de plusieurs vecteurs moustiques, fournissant ainsi pour la première fois une caractérisation détaillée de la composition microbienne de ce vecteur majeur. D'un point de vue thérapeutique, une souche spécifique de virus de la FVR s'est révélé un vaccin candidat intéressant pour les camélidés européens.

Dans une autre partie du projet, le consortium a mis au point des méthodes de calcul permettant d'évaluer le risque de transmission du virus FVR dans les zones endémiques. Ces modèles ont également permis de définir la répartition spatiale des vecteurs et de déterminer les évènements climatiques susceptibles de favoriser l'apparition du virus de la fièvre de la vallée du Rift. Au total, la disponibilité de ces modèles prédictifs et de ces scénarios pertinents est essentielle pour l'élaboration de programmes idoines de prévention et de contingence.

La nature intégrative et globale de l'étude VMERGE jette ainsi des bases solides pour la conception d'une surveillance épidémiologique et de nouvelles stratégies préventives. Sachant les pertes de production importantes accumulées en raison de ces zoonoses, les résultats du projet sont susceptibles d'améliorer tant la détection de ces pathologies que la sécurité de notre alimentation.

Informations connexes

Mots-clés

Maladies transmises par vecteur, virus de la fièvre de la Vallée du Rift, VMERGE, moustique, microbiome