Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

De nouveaux médicaments anti-diabétiques

Le diabète induit des complications multi-systèmes, provoquant une mortalité et une morbidité importantes. Des scientifiques européens ont identifié des médicaments capables d'atténuer des effets secondaires vasculaires.
De nouveaux médicaments anti-diabétiques
La glycémie élevée dans le diabète entraîne des dysfonctionnements de l'endothélium vasculaire, conduisant à des complications macro-vasculaires et micro-vasculaires. La raison principale de ces complications est l'inflammation et le stress oxydatif. Dès lors, les approches thérapeutiques face aux espèces réactives de l'oxygène (ERO) générées dans la vascularisation du diabète pourraient aider à atténuer ces complications.

Les scientifiques du projet H2S IN DIABETES (Preclinical efficacy testing of hydrogen sulfide donors against diabetic complications), financé par l'UE, ont étudié l'utilité des composés actifs pharmacologiquement comme inhibiteurs de la production de superoxyde mitochondrial dans les cellules endothéliales micro-vasculaires exposées à du glucose extracellulaire élevé. Ils ont découvert que le sulfure d'hydrogène peut réduire la production des ERP mitochondriales induites par l'hyperglycémie dans les cellules endothéliales et prévenir tout dysfonctionnement vasculaire diabétique de l'aorte. Cependant, le sulfure d'hydrogène présente une courte demi-vie in vivo et son effet protecteur est difficile à tester face aux complications diabétiques à long terme.

Étant donné que la forme actuelle des donateurs inorganiques de sulfure d'hydrogène ne convient pas pour un usage clinique, les scientifiques ont généré de nouveaux médicaments à libération lente qui montrent un taux de libération de de sulfure d'hydrogène constant sur plusieurs jours. Ils ont également intégré un groupement ciblant la mitochondrie pour faciliter la libération spécifique vers la mitochondrie, le site principal de la production des ERO.

Ces nouveaux composés ont été efficaces contre la production des ERO mitochondriales à des concentrations plus de 1 000 fois plus faibles que le sulfure de sodium. De manière importante, ces médicaments ont normalisé le potentiel de la membrane mitochondriale, amélioré le dysfonctionnement métabolique et exercé un effet positif sur la bioénergie cellulaire dans les cellules endothéliales hyperglycémiques. Ces améliorations ont été associées à une augmentation de l'activité complexe respiratoire et ont suggéré que l'ajout de sulfure d'hydrogène est lié au transport des électrons dans la chaîne respiratoire.

Dans l'ensemble, le mécanisme d'action du sulfure d'hydrogène contre les ERO mitochondriales souligne son applicabilité pour lutter contre les complications du diabète chez l'homme. Les études toxicologiques effectuées par le consortium ont confirmé la libération régulée de sulfure d'hydrogène et la tolérance des médicaments, validant leur utilisation comme médicaments cliniques pour le diabète dans le futur.

Informations connexes

Mots-clés

Médicament, diabète, espèces réactives de l'oxygène, H2S IN DIABETES, sulfure d'hydrogène