Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

DIPROMON — Résultat en bref

Project ID: 306157
Financé au titre de: FP7-HEALTH
Pays: Royaume-Uni
Domaine: Santé, Recherche fondamentale

Un médicament de précision pour le cancer de la vessie

Le cancer de la vessie est un cancer répandu avec des millions de malades dans le monde entier. Le taux de récurrence élevé suivant le traitement requiert un régime de surveillance actif pour les personnes avec un historique de cancer de la vessie.
Un médicament de précision pour le cancer de la vessie
La prise en charge clinique et la surveillance du cancer de la vessie après chirurgie sont traditionnellement effectuées par cystoscopie, cytologie et analyse d'urine. Cependant, la cystoscopie est une procédure invasive et désagréable et de nouvelles tumeurs peuvent ne pas nécessairement se produire au même endroit. En conséquence, de nouveaux tests non invasifs mais très sensibles sont nécessaires.

L'avènement des technologies omiques a révolutionné la façon dont nous comprenons la pathophysiologie de la maladie avec la possibilité de profiler d'importantes fractions d'entités moléculaires du génome jusqu'au niveau du métabolome. Cela peut aider à identifier les biomarqueurs de la maladie pour le diagnostic personnalisé et la thérapie.

Le projet DIPROMON (Multimodular biomarker analysis workflow for diagnosis, prognosis and monitoring of drug treatment response in bladder cancer), financé par l'UE, a cherché à identifier un profil moléculaire qui pourrait prédire la probabilité de récurrence et d'invasivité du cancer de la vessie et fournir un indicateur de pronostic pour l'efficacité de la thérapie.

Pour ce faire, les partenaires du projet ont réalisé une méta-analyse des données provenant de diverses études du transcriptome, du protéome et du métabolome ainsi que l'exploitation de la littérature des différentes caractéristiques moléculaires du cancer de la vessie. Ensemble, leurs efforts ont conclu à un ensemble de 1 300 molécules liées au cancer de la vessie. Celles-ci ont été mises en correspondance sur un réseau d'interaction des protéines et associées à des voies moléculaires spécifiques.

Ensuite, les chercheurs ont sélectionné des candidats de biomarqueurs représentatifs pour chaque processus moléculaire qui a été impliqué dans la maladie progressive et a utilisé ce groupe pour développer des tests et des analyses basées sur les cellules. Couplé avec des logiciels spécialisés, ce cadre a été utilisé pour estimer le risque de récurrence et de progression de la maladie.

Les chercheurs ont validé cette classification des maladies basée sur les marqueurs biologiques et la stratification des patients dans une étude indépendante et a démontré son aptitude à capturer des évènements de récurrence du cancer de la vessie. En outre, l'approche a permis aux scientifiques d'analyser l'efficacité des médicaments spécifiques.

Dans l'ensemble, les procédures de diagnostic DIPROMON améliorent la précision du diagnostic du cancer de la vessie et fournissent un soutien solide pour la prise de décision clinique. Fait important, la nature non-invasive des essais renforcera la conformité et permettra la mise en œuvre pour le suivi de la réponse au traitement.

Informations connexes

Mots-clés

Cancer de la vessie, omiques, biomarqueur, DIPROMON, stratification des patients