Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des cellules thérapeutiques fabriquées génétiquement

Des progrès techniques majeurs récemment intervenus dans le domaine de la biotechnologie favorisent une expansion rapide de la thérapie génique. La manipulation et la modification des gènes au sein d'une même cellule préfigurent l'apparition de nombreuses nouvelles méthodes pour traiter et guérir un certain nombre de maladies mortelles. Les recherches en cours montrent qu'il est possible de modifier génétiquement les cellules des patients et de les transformer en productrices d'anticorps thérapeutiques.
Des cellules thérapeutiques fabriquées génétiquement
Notre système immunitaire constitue notre mécanisme de défense contre les maladies. Il s'appuie sur des cellules extrêmement spécialisées, capables d'identifier tout agent potentiellement infectieux, puis de le neutraliser par la production d'anticorps. Même si nos cellules ne peuvent pas toutes fonctionner de cette manière, les recherches en cours montrent qu'il est possible de les modifier génétiquement pour les transformer en cellules défensives.

La thérapie génique est d'ores et déjà une réalité clinique dont le potentiel thérapeutique n'a cessé de convaincre depuis ses premiers succès. A l'heure actuelle, de nombreux essais à l'échelle humaine sont en cours. Modifier le fonctionnement d'une cellule via le génie génétique constitue un moyen performant de remédier aux déficiences génétiques et de cibler des tissus précis. Principalement axé sur les cancers et les maladies virales, le projet en cours a permis de modifier in-vivo et ex-vivo des cellules prélevées sur un patient.

Un échantillon de cellules peut être génétiquement modifié ex-vivo de façon à produire des anticorps monoclonaux dans le sang du patient. Les cellules proviennent du corps du patient de sorte qu'elles ne sont pas identifiées comme des envahisseurs une fois qu'elles sont réintroduites dans le corps, au terme de la modification génétique. Il est ainsi possible de mettre en place un traitement à long terme d'une grande efficacité.

Les cellules productrices d'anticorps non autologues, à savoir les cellules issues d'un corps étranger peuvent être implantées par encapsulation dans des dispositifs immuno-protecteurs. Ces derniers sont par exemple des capsules en sulfate de cellulose. Après avoir été insérées dans le sang, ces capsules forment des néo-organes vascularisés, stables dans la durée et capables à la fois de protéger les cellules productrices d'anticorps et de leur permettre, le cas échéant, de diffuser efficacement ces anticorps.

Il existe cependant une autre approche, la modification génétique des cellules du patient directement in-vivo, à l'aide de vecteurs viraux ou non-viraux utilisés lors du transfert ou de la modification génétique.

Le potentiel thérapeutique de ces approches a été testé expérimentalement avec succès sur des souris infectées par le rétrovirus murin, lequel entraîne une dégénération neurologique mortelle. Des brevets protègent ces approches dont les résultats aux tests de démonstration sont disponibles. Ces cellules traitées offriront une protection pour la vie entière contre les cancers et maladies virales incurables comme le SIDA.