Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Administration efficace de médicaments à partir de capsules implantées

Dans la lutte contre le cancer et d'autres maladies virales mortelles, il est depuis longtemps reconnu que les méthodes alternatives d'administration des médicaments peuvent être plus efficaces pour éliminer les tumeurs malignes. D'après l'hypothèse logique défendue par la recherche en cours, la guérison réside dans les fonctionnalités biologiques génétiques de la cellule, ce qui rend d'autant plus important le vecteur sélectionné pour administrer l'agent curatif. Le projet en cours a permis de développer des capsules en cellulose pouvant être implantées dans le corps des patients pour diffuser les anticorps nécessaires.
Administration efficace de médicaments à partir de capsules implantées
Développer des méthodes permettant l'administration systématique et à long terme de médicaments constituerait une solution pour de nombreuses maladies nécessitant ce type de traitement. Parmi les exemples correspondant à ce cas de figure, on peut spontanément citer les personnes insulinodépendances ou les patients cancéreux qui nécessitent un traitement et une surveillance à long terme. De plus, dans le cas des cancers et des autres maladies virales graves, il est important que le médicament soit administré localement et si possible à proximité de la tumeur pour être efficace.

Le projet en cours a permis d'explorer avec succès la possible implantation de capsules contenant des cellules productrices d'anticorps. Pendant dix mois, des tests approfondis ont été effectués in vivo sur des souris. Ils ont démontré que les capsules en sulfate de cellulose n'activent aucune réaction neutralisante des fluides biologiques si elles sont implantées sous la peau ou dans la membrane séreuse qui longe les bords de la cavité abdominale. Elles peuvent donc être utilisées en toute sécurité pour administrer des médicaments. En ce qui concerne les cancers et les maladies virales, des capsules contenant des cellules d'hybridome ont diffusé des anticorps monoclonaux dans le flux sanguin de souris immunocompétentes. L'administration de médicaments a duré plusieurs mois.

Aspect essentiel de la procédure, la matrice de sulfate de cellulose ne déclenche aucune réponse du système immunitaire. Les capsules implantées dans la cavité intrapéritonéale restent mobiles et ne sont pas absorbées par les fluides corporels (non vascularisées). A l'inverse, les capsules implantées sous la peau forment des néo-organes qui sont vascularisés en quelques jours. Une autre observation importante souligne l'absence d'effet adjuvant de la cellulose, à savoir qu'aucune fibrose isolante ni aucune réponse inflammatoire évidente n'a été détectée durant les périodes d'observation d'une durée de 10 mois.

La PME autrichienne à l'origine de cette méthode d'encapsulation des cellules pour la production d'anticorps monoclonaux souhaite passer des accords de co-entreprise ou des accords commerciaux afin d'appliquer la méthode et de fournir une thérapie génique/cellulaire efficace pour plusieurs maladies.
Numéro d'enregistrement: 80396 / Dernière mise à jour le: 2005-09-18
Domaine: Biologie, Médecine