Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Perfectionnement des techniques de laboratoire en matière de soins intensifs

Il est impératif que les patients gravement malades fassent l'objet d'une surveillance permanente et attentive afin de favoriser le processus de guérison. La mesure du volume sanguin fait partie des nombreux tests associés à cette surveillance soutenue, et un groupe de chercheurs britanniques a créé une nouvelle technique qui calcule le volume sanguin de façon non-invasive et fréquemment répétable, et qui utilise l'équipement de laboratoire hospitalier standard déjà existant.
Perfectionnement des techniques de laboratoire en matière de soins intensifs
Les pratiques traditionnelles en matière de mesure du volume sanguin laissaient apparaître de nombreux problèmes et inconvénients. La méthode en place nécessitait le radiomarquage des globules rouges pour un essai de dilution in vivo. Le radiomarquage consiste à utiliser un isotope radioactif, ou une trace radioactive, pour « marquer » une substance dans le sang. Cette technique conventionnelle est non seulement invasive et stressante pour le patient, mais elle doit également être appliquée dans des infrastructures adaptées à la médecine nucléaire.

Pour répondre à ce problème, un groupe de chercheurs a mis au point une méthode totalement nouvelle pour tester le volume sanguin chez les patients gravement malades qui nécessitent une assistance ventilatoire. Cette technique innovante utilise un respirateur modifié pour introduire un faible volume de monoxyde de carbone dans le flux d'air. Puis, au bout de 15 minutes, le volume sanguin total peut être mesuré en calculant le niveau de monoxyde de carbone dans le sang.

Cette innovation présente de nombreux avantages. Tout d'abord, les tests peuvent être réalisés fréquemment. Ensuite, cette technique, est non-invasive et ne fait pas souffrir le patient. Il est important de remarquer que les infrastructures standards des laboratoires hospitaliers disposent du matériel nécessaire à cette technique; il n'y a donc pas besoin d'appareils spécifiques. En fait, cette innovation pourrait être avantageuse aussi bien pour les médecins que pour les patients.

Informations connexes

Résumé de rapport

Numéro d'enregistrement: 80490 / Dernière mise à jour le: 2005-09-18
Domaine: Biologie, Médecine