Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des aimants à la recherche des défauts

Pour garantir une utilisation prolongée et sans danger des constructions métalliques, toutes les défauts, apparents ou non, doivent être rapidement détectés et réparés. Le détecteur magnétique MKD-1 est capable de repérer, de manière non destructrice, des défauts tels que des fissures ou des attaques de corrosion, quel que soit leur emplacement.
Des aimants à la recherche des défauts
Très répandues, les grosses structures métalliques se distinguent par leur grande résistance à l'usure et à la corrosion. Elles sont souvent exposées pendant de longues périodes à des conditions environnementales extrêmes, puisqu'elles sont utilisées tant pour la production que pour le transport (oléoducs et plates-formes, par exemple). Leurs points faibles et leurs défauts, comme les attaques de corrosion et les fissures, doivent être rapidement localisés et réparés afin d'éviter tout risque d'effondrement.

La détection magnétique des défauts est une méthode indirecte non destructrice fonctionnant sur le magnétisme et le comportement des métaux en interaction avec des champs magnétiques. Elle permet de détecter les défauts apparents ou non des pièces métalliques (ex.: ceux situés sur les parois internes d'un oléoduc ou sous la surface du métal).

Une équipe de la Tomsk Polytechnic University a mis au point un appareil fonctionnant selon la méthode précitée: le détecteur de défauts MKD-1. Il est composé de plusieurs pièces dont un détecteur magnétique articulé, des pièces polaires, un dispositif de balayage pour les pièces et des modèles de référence. Toutes ces pièces permettent de contrôler la répartition du champ magnétique sur les pièces métalliques. A l'emplacement des défauts, des fuites magnétiques apparaissent et la répartition du champ magnétique est irrégulière. Ces irrégularités permettent de déterminer avec précision l'emplacement du défaut mais aussi sa nature (corrosion, fissure, etc.) MKD-1 présente l'avantage de recourir non pas à des électroaimants mais à des aimants permanents, ce qui le rend parfaitement autonome. Il est ainsi aisément transportable et utilisable en milieu aquatique.

Comme tout le monde le sait “Mieux vaut prévenir que guérir” et MKD-1 a été créé dans cette optique. En effet, cet appareil identifie en toute sécurité des défauts naissants, aussi les risques de pannes et les réparations coûteuses sont-ils évités.

Informations connexes

Résumé de rapport

Numéro d'enregistrement: 80745 / Dernière mise à jour le: 2005-09-18
Domaine: Technologies industrielles