Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Dépistage rapide de la maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est l'une des affections cérébrales les plus complexes. Les scientifiques sont d'ailleurs loin d'en connaître tous les aspects. Toutefois, les recherches permettent progressivement de mieux la comprendre et la diagnostiquer.
Dépistage rapide de la maladie d'Alzheimer
Cette maladie porte le nom d'un médecin allemand, le Dr. Alois Alzheimer, qui fut le premier scientifique à la décrire dès 1906. Bien qu'elle ait tout d'abord été considérée comme rare, les statistiques brutes révèlent qu'elle affecte une personne sur 10 dans la population âgée de plus de 65 ans et presque la moitié des plus de 85 ans. Autre fait encore plus important, cette maladie est l'une des causes principales de la démence, terme généralement utilisé pour désigner de nombreux symptômes liés à une dégénérescence mentale.

La maladie d'Alzheimer se manifeste anatomiquement par la formation de structures anormales, comme des plaques amyloïdes, dans le cerveau. Ces dépôts de fragments protéiniques qui s'accumulent à l'extérieur des cellules reflètent souvent une perturbation de la transformation des protéines. Des études en cours portant sur les voies biochimiques et moléculaires de régulation des sécrétions protéiniques ont notamment démontré le rôle de l'activation d'une protéine-kinase C (PKC) spécifique. Celle-ci régule la transformation, la croissance, la différenciation et l'apoptose (mort) cellulaire ainsi que l'expression génique.

Des scientifiques du CNRS viennent de mettre au point une méthode de diagnostic efficace qui repose sur l'étude de l'état d'activation des PKC dans les globules rouges. Le site catalytique des PKC est identifié à l'aide d'une sonde fluorescente, ce qui constitue une pratique non invasive et rapide, à l'excellent rapport efficacité-coût. Cette technique a été testée avec succès auprès de 35 patients atteints de la maladie d'Alzheimer et 35 patients-témoins sains appariés selon l'âge.

Le laboratoire recherche maintenant à travailler en collaboration afin de vérifier la spécificité des mesures pour la maladie d'Alzheimer par rapport à d'autres maladies neurodégénératives, comme cela a déjà été fait pour la maladie de Parkinson. Les chercheurs souhaitent également évaluer la valeur prévisionnelle de la mesure sur les patients âgés ou les personnes traitées pour démence. En optimisant les conditions de mesure afin de parvenir à un plus grand nombre de tests rapides en environnement clinique, cette technique brevetée pourrait permettre de produire un kit de test à l'état de prototype.