Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Moins de complications vasculaires chez les diabétiques

Le diabète fait partie de ces maladies qui risquent de provoquer des lésions vasculaires. Une équipe de chercheurs italiens a découvert que la présence de Grp94 (Glucose Regulated Protein94) modifiée dans le plasma sanguin facilite le diagnostic et le traitement de ces complications.
Moins de complications vasculaires chez les diabétiques
Le diabète insulinodépendant est une maladie chronique liée à des concentrations de glucose anormalement élevées dans le sang. Au fil du temps, il peut provoquer des microangiopathies au niveau des yeux, des reins et des nerfs ou affecter le coeur et les artères. En fait, les statistiques montrent qu'un diabétique a autant de risques de souffrir d'un accident cardiovasculaire grave (crise cardiaque ou accident vasculaire cérébral) qu'un non diabétique ayant un antécédent d'infarctus du myocarde. De plus, les décès consécutifs aux maladies cardiaques sont deux fois plus élevés chez les diabétiques que chez les non diabétiques.

Mais grâce à une toute récente innovation, ces malades devraient être mieux protégés contre les risques de complications cardiovasculaires. Des chercheurs ont en effet découvert que l'activité protéolytique accrue, pouvant engendrer des lésions vasculaires, est en grande partie due à des concentrations élevées de Grp94 dans le plasma sanguin. Ainsi, l'identification de ces concentrations permettrait de prévoir ces complications. De plus, par leurs effets bloquants sur l'activité protéolytique, les anticorps anti-Grp94 pourraient être utilisés dans des thérapies préventives ou curatives.

La découverte a été testée avec succès in vitro: l'activité protéolytique sur un substrat spécifique et les effets de croissance sur des cellules en culture. En fonction de la concentration en Grp94 du plasma sanguin, il serait donc possible de déterminer s'il existe ou non un risque accru de lésions vasculaires. De plus, de la Grp94 purifiée provenant de plasma diabétique pourrait servir d'immunogène pour concevoir et produire des anticorps anti-Grp94 tant pour le diagnostic que pour la thérapie. Cela contribuerait bien évidemment à réduire les complications vasculaires. L'équipe italienne cherche maintenant à passer des accords de licence avec des entreprises biotechnologiques et pharmaceutiques oeuvrant dans l'immunologie, la fabrication de produits immunochimiques, la biologie moléculaire ou la recherche en sciences biologiques.
Numéro d'enregistrement: 81177 / Dernière mise à jour le: 2005-09-18
Domaine: Biologie, Médecine