Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Protection de la peau contre les rayons UV

Les rayonnements ultraviolets (UV) sont considérés comme nocifs pour la santé humaine, dans la mesure où les rayons UV sont responsables des dommages de l'ADN entraînant un cancer de la peau et un vieillissement prématuré de la peau. Une substance offrant une protection substantielle et réduisant les dommages de l'ADN a récemment été mise au point.
Protection de la peau contre les rayons UV
D'après les statistiques de l'OMS, plus de deux millions de cancers de la peau avec mélanome bénin et 130 000 mélanomes malins sont découverts chaque année. On estime également que plus de la moitié des mélanomes diagnostiqués et des autres cancers de la peau ont une issue fatale. L'une des principales causes de ces cancers de la peau est l'exposition prolongée aux rayons UV du soleil.

Une solution contre ces rayons nocifs peut être trouvée dans les produits cosmétiques, qui couvrent de nombreux types de peau et plages d'UV. Ces filtres UV sont cependant des mesures préventives qui sont appliquées de manière topique sans offrir une protection absolue. Par ailleurs, outre les effets aigus tels que les coups de soleil, les rayons UV peuvent induire des modifications dégénératives des cellules de la peau susceptibles de provoquer un vieillissement de la peau.

Un groupe allemand de recherche en dermatologie a récemment mis au point une substance prototype qui lance le système de réparation par excision de nucléotide (NER ou Nucleotide Excision Repair). Le système NER permet de réduire les dommages de l'ADN induits par des rayons UV à l'origine de la mort cellulaire programmée. La substance peut être utilisée en guise de protection contre la carcinogenèse provoquée par la lumière, réduisant ainsi le risque de développement d'un cancer de la peau. Elle agit également contre les inflammations dues aux rayons UV et le vieillissement de la peau.

Cette innovation a déjà été testée in vitro dans des cultures cellulaires, et notamment des kératinocytes humains, et in vivo sur des modèles de souris. Les deux études ont démontré qu'après une exposition aux UV et l'application de la substance, le nombre de cellules brûlées par le soleil, telles que les kératinocytes apoptotiques, avait diminué de manière substantielle. Des partenaires dans l'industrie des écrans solaires et des produits cosmétiques anti-vieillissement de la peau sont recherchés en vue de la conclusion d'un accord de licence.

L'illustration montre la réduction de dommages de l'ADN induits par des UV après application de la substance
Numéro d'enregistrement: 81518 / Dernière mise à jour le: 2005-09-18
Domaine: Biologie, Médecine