Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

De nouvelles technologies pour combattre l'impasse environnementale

Malgré les progrès techniques réalisés dans le domaine des sciences de l'environnement, il est toujours impossible à l'heure actuelle de prédire avec précision les diverses manières dont des espèces «importées» peuvent affecter des écosystèmes spécifiques. Une nouvelle approche semble être en mesure de surmonter au moins quelques effets secondaires de l'espèce européenne des moules zébrées dans la région des Grands Lacs d'Amérique du Nord.
De nouvelles technologies pour combattre l'impasse environnementale
La moule zébrée européenne (Dreissena polymopha) a été introduite en Amérique du Nord dans les années 80. Bien que toutes les conséquences de cette introduction sur l'environnement ne soient pas encore claires, il est évident que la moule zébrée constitue une menace sérieuse pour au moins une branche de l'industrie.

La présence des moules zébrées risquent en effet d'entraver sérieusement le fonctionnement des systèmes industriels de refroidissement d'eau de la région des Grands Lacs. Les échangeurs thermiques des systèmes de refroidissement d'eau semblent réunir les conditions idéales pour la croissance rapide des moules, lesquelles, en l'absence de prédateurs naturels, se développent de manière incontrôlable. Les méthodes existantes d'élimination des moules zébrées consistent en des procédés chimiques et mécaniques, qui peuvent s'avérer à la fois coûteux et nuisibles pour l'environnement.

La société polonaise EKOPAN S.A. offre une solution apparemment sûre grâce à l'application de barrières biologiques ayant des propriétés spécifiques. Une barrière de 200 mètres carrés est utilisée par mètre cube d'eau. L'eau entrante est traitée à l'aide de diffuseurs de gaz situés sous les barrières. La présence d'azote provoque un manque d'oxygène, ce qui a pour effet d'éliminer tous les invertébrés situés au niveau de la barrière. L'eau sortante est ensuite oxygénée afin de reconstituer le potentiel biotique de l'eau.

La société effectue également des essais avec des barrières utilisant des matériaux moins chers, tels que des composites de béton, et cherche maintenant à conclure des accords couvrant la technologie avec des parties intéressées.

Informations connexes

Numéro d'enregistrement: 82201 / Dernière mise à jour le: 2005-11-16
Domaine: Biologie, Médecine