Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Réduire le CO2 atmosphérique

Un groupe de chercheurs universitaires italiens a étudié le potentiel de séquestration du carbone atmosphérique par les matériaux connus sous le nom de feldspathoïdes.
Réduire le CO2 atmosphérique
Les énormes quantités de CO2 émises dans l'atmosphère par la combustion de carburants fossiles constitue un souci environnemental croissant. De nombreux groupes de scientifiques tentent de combattre le phénomène en concevant des méthodes permettant de capturer et de stocker le CO2 sous une forme permanente. Les méthodes communément utilisées impliquent l'augmentation de la carbonatation de minéraux de silicates de magnésium et l'injection de fluides de CO2 supercritique dans les couches géologiques appropriées.

Toutefois, un groupe de chercheurs universitaires italiens présente des données qui leur permettent d'affirmer que des minéraux feldspathoïdes peuvent constituer une méthode de séquestration alternative du CO2. Les feldspathoïdes sont des matériaux microporeux comportant diverses cages et canaux structurels, abritant diverses espèces de cations et d'anions. Des expériences in situ à haute température de type FTIR indiquent que les différentes espèces présentent des comportements thermiques significativement différents par rapport aux volatils.

Etant donné par ailleurs que les feldspathoïdes se trouvent naturellement en grande quantité dans différentes régions du monde, ils pourraient constituer une méthode alternative de stockage du CO2 et donc une réponse supplémentaire aux exigences des accords de Kyoto. Cette nouvelle méthode est également plus économe en temps et en argent. Le groupe de chercheurs propose son savoir-faire aux entreprises ou centres de recherche impliqués dans la surveillance environnementale ou dans la production de nouveaux matériaux visant à la maîtrise de la pollution.
Numéro d'enregistrement: 82868 / Dernière mise à jour le: 2006-09-18
Domaine: Environnement