Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

Top Story

Financé au titre de: FP6-IST

Success stories de projets - L'entreprise virtuelle devient une réalité

Le travail de chercheurs financés par l'UE aidera à faire de l'Europe un leader mondial des organisations virtuelles, la nouvelle tendance en matière d'entreprise. C'est une réalité, qui révolutionnera le travail.
Success stories de projets - L'entreprise virtuelle devient une réalité
Prenons le cas de l'entreprise de Mark Kwan à Francfort. Elle conçoit les fonctionnalités logiques d'un logiciel vidéo et a besoin de l'aide de l'entreprise milanaise de Soo Chen pour les interfaces audiovisuelles. En outre, toutes deux ont besoin de la société de plateforme de Jemish Patel située à Londres.

Ensemble, elles assemblent les interfaces logicielles et matérielles afin qu'un nouveau type de caméra vidéo fonctionne avec le logiciel de montage. Tout le monde est très pressé.

Dans ce contexte, pas question de recourir à des réunions comme au XXème siècle, c'est dépassé. Pour ce projet, les trois entités ont formé une coentreprise et travaillé comme une organisation virtuelle (VO, de l'anglais «virtual organisation») pleinement intégrée, où elles collaboreront de façon virtuelle.

Mais cette VO va bien plus loin que la simple vidéoconférence. Grâce à un «assistant de contrat», les trois partenaires établissent rapidement les termes légaux de leur coopération. Leurs systèmes de ressources humaines établissent des relations transparentes afin que les tâches soient attribuées au personnel adéquat.

Dans le cadre de ce projet ponctuel, les trois PME fonctionnent comme une seule entreprise. Si elles ont besoin de davantage d'expertise en cours de projet, elles peuvent même faire appel à d'autres PME ou à de grandes entreprises. À la fin du projet, elles peuvent dissoudre la VO, démarrer un nouveau projet ou créer une autre VO.

Les PME peuvent ainsi s'auto-organiser en une entreprise virtuelle spécialisée pour s'attaquer à des projets, à de nouveaux marchés ou à des opportunités qui auraient été inaccessibles si elles étaient restées chacunes de leurs côtés.

C'est un objectif vraiment révolutionnaire, et qui s'approche de plus en plus de sa concrétisation grâce à l'initiative Ecolead («European collaborative networked organisations leadership»), un projet européen majeur visant à prendre la tête de la collaboration en réseau.

«Dans dix ans, face à l'évolution rapide du marché, la plupart des entreprises et notamment les PME appartiendront à des réseaux de collaboration durables qui favoriseront la formation d'organisations virtuelles dynamiques», affirmait Martin Ollus, coordinateur d'Ecolead et chercheur à l'institut VTT de Finlande.

«Les réseaux de collaboration d'entreprises apportent une base solide pour la compétitivité, l'excellence et la réactivité, surtout lorsque les marchés sont difficiles», ajoute-t-il. «Ils peuvent aider les PME à identifier et exploiter de nouvelles opportunités, à dynamiser l'innovation et à améliorer leurs connaissances. Et lorsque de grandes entreprises établissent des réseaux avec des PME, elles renforcent leurs chances de réussir sur le marché mondial.»

L'ambitieux projet Ecolead a eu d'importantes répercussions directes et indirectes. 27 partenaires ont participé à son programme de travail de grande ampleur, pour un budget de 15,22 millions d'euros, dont 9,75 millions apportés par l'UE. Grâce à ces investissements, le projet a conçu des douzaines d'outils importants et de nombreux éléments clés de l'infrastructure.

Les partenaires ont contribué à créer un secteur tout nouveau pour le marché européen des TIC, centré sur les réseaux de collaboration et les VO, ainsi que sur la communauté encore plus complexe des organisations en réseau.

Plus important encore, le développement de logiciels pour le marché européen des PME est aujourd'hui une proposition viable. Peu de solutions ciblent les PME car elles représentent un marché fragmenté, avec des installations de taille relativement réduite. Cependant, en mettant l'accent sur les outils de réseau de collaboration requis par les PME, Ecolead a aidé à surmonter cet obstacle.

Le travail d'Ecolead a également une application directe. Cinq composants clés ont posé les bases d'un environnement prêt pour les VO. Une importante étude a d'abord été réalisée sur la mise en réseau et la collaboration. Ensuite, Ecolead a développé l'infrastructure et les outils requis.

Enfin, le projet a conçu trois processus stratégiques nécessaires à un environnement durable de VO, les VBE (VO breeding environments), les VO dynamiques et les communautés virtuelles professionnelles.

Les VBE sont essentiels pour préparer les PME susceptibles de participer à des VO. «De nombreux groupes et associations ont certaines caractéristiques d'un VBE, sans pour autant tenir ce rôle. Les associations professionnelles et les chambres de commerce offrent un tremplin au développement des VBE. Ces VBE ont pour mission de soutenir les PME membres», explique M. Ollus.

Ici, le logiciel est essentiel, aussi Ecolead a développé une série d'outils et de services, utilisables ensemble ou séparément. Par exemple, l'outil d'assistance facilite la création rapide d'une organisation virtuelle en se chargeant des problèmes de confiance, de concurrence, etc.

En matière de performances, le projet a réalisé un outil de mesure pour noter la contribution de chaque membre. Avec le temps, ces données sont de plus en plus utiles pour mettre en relation les PME d'un VO. Un assistant de négociation de contrat aide les membres à établir rapidement les termes de la coopération.

Parallèlement, un modèle de fournisseur de services d'applications (ASP) apporte des outils de gestion pour faire fonctionner la VO sans encombrer l'infrastructure informatique des entreprises membres avec un logiciel sur mesure.

En cas de difficulté, une solution au problème est trouvée en commun et un outil avancé de collaboration met en correspondance les compétences individuelles et les tâches spécifiques au sein de la VO.

Ecolead a développé cette infrastructure logicielle essentielle après une étude théorique approfondie des besoins. Le travail réalisé a pris une telle importance que M. Springer a publié deux livres sur le sujet.

Ces résultats sont vraiment majeurs pour l'adoption de solutions de TIC par les PME, car les VBE et les fournisseurs de TIC pourront fournir des solutions compatibles avec Ecolead.

«Le marché mondial pousse les PME à coopérer entre elles et avec les grandes entreprises, dans un concept de réseau collaboratif. Mais la collaboration exige souvent une préparation qui manque généralement aux PME», souligne M. Ollus.

Mais quel que soit le nombre d'outils, de services et de soutien proposés par Ecolead, les PME auront toujours besoin d'aide à un moment donné. C'est pourquoi Ecolead a développé des modèles de communautés virtuelles professionnelles. Il s'agit d'entreprises de consultation en rapport avec les VBE et VO. Elles apportent aux PME les services essentiels qui leur manquent.

Grâce à un travail proprement colossal, Ecolead a atteint son objectif de mettre en place les bases et les mécanismes solides nécessaires à la création de la société industrielle collaborative en réseau la plus avancée d'Europe.

Pour autant, le travail n'est pas terminé: il se poursuit avec le projet «Collaboration and interoperability» (COIN) qui confirme la volonté de l'Europe de prendre la première place dans ce domaine.

L'entreprise du futur sera en réseau, collaborative et réactive. Ce futur est bien plus proche que nous ne le pensions, grâce au projet Ecolead, et l'Europe est en tête.

Le projet Ecolead a été financé dans le cadre de l'initiative «Networked business and governments» du sixième programme-cadre de l'UE pour la recherche.

Informations connexes