Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

MALARIAPORIN — Résultat en bref

Project ID: 12189
Financé au titre de: FP6-LIFESCIHEALTH
Pays: Allemagne

La chimiothérapie permet-elle de lutter contre le paludisme?

Le paludisme est responsable du décès d'entre un et deux millions de personnes chaque année et la résistance aux antipaludéens devient de plus en plus grande. Des stratégies innovantes sont désespérément recherchées et une telle approche a augmenté nos chances de contrôler un jour cette maladie.
La chimiothérapie permet-elle de lutter contre le paludisme?
Le projet Malariaporin («Validation of the Plasmodium aquaglyceroporin as a drug target») a étudié une approche alternative pour attaquer le parasite du paludisme: de l'extérieur plutôt que par le compartiment intracellulaire. Ce projet financé par l'UE visait à déterminer si cette approche offrait un meilleur moyen de surmonter la résistance rapide aux antipaludéens de manière à traduire les informations génomiques en développement de médicaments. La principale question restait de savoir si l'aquaglycéroporine de l'interface parasite/hôte (le canal hydrique perméable au glycérol du Plasmodium) est une cible médicamenteuse appropriée pour la chimiothérapie.

Les chercheurs ont utilisé leurs analyses des données du génome de Plasmodium falciparum pour identifier un canal glycérol/eau unique, le PfAQP. Il s'agit de l'unique membre de la famille d'aquaporine encodé dans le génome de P. falciparum. La protéine PfAQP appartient à la superfamille facilitatrice la plus importante pour les nutriments et les métabolites, et a une grande perméabilité à l'eau et au glycérol. L'immuno-étiquetage a montré sa présence sur l'interface parasite/hôte.

En tant que composant de l'interface réduite, le canal est un indicateur important des fonctions de base de la biochimie du parasite et pourrait jouer un rôle important dans au moins trois processus cellulaires vitaux: la protection contre le stress osmotique, l'accès à une zone de glycérol sérique avant la synthèse des lipides, et l'adoption et l'oxydation de glycérol afin de gérer le stress oxydatif.

Les principaux résultats de Malariaporin portent notamment sur le renforcement des connaissances du rôle physiologique des aquaglycéroporines dans les plasmodiums, l'identification des structures de protéines aquaporines impliquées dans la liaison des inhibiteurs et l'optimisation des moyens de tester les bloqueurs potentiels d'aquaporine. Les partenaires du projet ont également créé de nouveaux composants principaux pour la chimiothérapie contre le paludisme. Les développements dans ces domaines ouvrent la voie à la conception de futures stratégies pour l'évaluation du rôle des aquaporines sur les parasites pathogènes et leur utilisation potentielle comme cibles médicamenteuses.

Informations connexes