Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

DYNAMIS — Résultat en bref

Project ID: 19672
Financé au titre de: FP6-SUSTDEV
Pays: Norvège

Capturer le CO2 lors de la production d'hydrogène

Des études montrent que l'on peut stocker en toute sécurité sous terre le dioxyde de carbone émanant de la production d'hydrogène et d'électricité. Le produit en résultant peut servir à certains processus industriels.
Capturer le CO2 lors de la production d'hydrogène
La production d'électricité et d'hydrogène résulte en une grande quantité de dioxyde de carbone (C02) sous forme de produit dérivé. Mais qu'en serait-il si l'on pouvait capturer, stocker et à terme réutiliser le CO2? Le projet Dynamis («Towards hydrogen and electricity production with carbon dioxide capture and storage») étudiait cette possibilité pour la production d'hydrogène. Il œuvrait à la production d'hydrogène à grande échelle à partir de combustibles fossiles décarbonisés et au stockage de CO2 sous terre. Le CO2 pourra à terme contribuer à la récupération plus efficace de pétrole et de gaz.

Le projet souhaitait optimiser la production des centrales électriques à l'aide de turbines à hydrogène et capturer 90% du CO2. Il visait à réduire le coût du captage de CO2 de 50%. Dynamis a envisagé diverses approches et options de multitraitement qui pourraient être intégrées à des centrales existantes. Il a mené des études d'analyse des risques afin de surmonter certaines incertitudes et de développer des concepts faisables, puis a examiné les aspects techniques et économiques de la manipulation des gaz produits.

L'équipe du projet a travaillé sur les centrales à houille et au lignite, notamment sur l'élimination des gaz, la compression du CO2 pour le transfert, la purification de l'hydrogène et la production d'électricité dans des turbines à gaz à cycles combinés (TGCC). Cela fonctionnait aussi sur les centrales fonctionnant au gaz naturel, impliquant des cycles combinés au gaz naturel (CCGN). Dans tous les cas, Dynamis a émis des recommandations concernant la qualité, le stockage et le transport de l'hydrogène et du CO2.

L'équipe du projet a renforcé l'efficacité des centrales concernées et démontré la viabilité du captage de CO2. Il a conclu que le CO2 pouvait être stocké dans des formations hautement salines en Europe, à condition que ces espaces soient combinés par des barrières ayant une perméabilité suffisante. En outre, une analyse de l'impact environnemental a montré que la technologie ne présentait aucun danger. Cependant, il faudra mener d'autres tests pour les zones à forte densité démographique et pour estimer les effets de fuites potentielles.

Le projet a estimé qu'à terme, jusqu'à 120 projets à grande échelle de captage et stockage de CO2 pourraient être opérationnels en Europe d'ici 2030. Cette cible semble être faisable si l'on considère les scénarios de coûts, et elle souligne le potentiel de cette technologie au cours des deux prochaines décennies.

Informations connexes