Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

MAGDOT — Résultat en bref

Project ID: 16447
Financé au titre de: FP6-NMP
Pays: Allemagne

Des nanopoints pour créer des matériaux de stockage magnétique à haute densité

L'auto-assemblage de nanostructures sur des surfaces solides, à l'aide du mouvement et d'autres instabilités, représente une alternative séduisante et bon marché pour la nanostructuration. Il faut cependant avoir plus d'informations sur le rôle que jouent ces matériaux dans ces formations. C'est dans ce domaine qu'un projet financé par l'UE a fait la différence pour le stockage magnétique.
Des nanopoints pour créer des matériaux de stockage magnétique à haute densité
Les récents progrès sur les structures nanométriques comme les nanopoints ont démontré leurs avantages majeurs potentiels par rapport aux matériaux traditionnels. Même si des obstacles technologiques demeurent, les structures à l'échelle nanométriques sont de plus en plus le but du développement de nouveaux matériaux et de méthodes informatiques visant à explorer leurs propriétés uniques.

Le projet Magdot («Bridging atomistic to continuum - multiscale investigation of self-assembling magnetic dots during Epitaxial growth») s'est intéressé à l'auto-assemblage de nanopoints magnétiques et à l'importance des matériaux gouvernant ce phénomène. Il a appliqué une approche intégrée allant de l'échelle atomique à l'échelle continue, visant à mettre au point des modèles facilitant la conception de principe de matériaux originaux de stockage magnétique, à très haute densité.

Magdot s'est appuyé sur les succès obtenus en électronique et optoélectronique, et proposé une étude informatique de l'auto-assemblage nanométrique de nanopoints magnétiques durant l'hétéroépitaxie, une méthode pour déposer un film monocristallin sur un substrat monocristallin (épitaxie) en utilisant des matériaux différents.

La meilleure compréhension de la formation des particules qu'apportent les approches informatiques et la validation expérimentale peut favoriser le développement de méthodes de traitement conduisant des matrices régulières de nanopoints magnétiques. Cette étape est importante pour la prochaine génération de matériaux de stockage magnétique.

La possibilité de stocker un octet d'information sur un seul élément de taille nanométrique peut augmenter considérablement la densité du stockage, d'un facteur 100 par rapport à la classique couche mince magnétique. Cependant pour fabriquer ce type de matériaux, il faut disposer d'une structure régulière de nanopoints magnétiques. À cette fin, les partenaires du projet ont calculé depuis le départ différents facteurs comme les énergies de surface, les tensions de surface et l'évolution de la morphologie et de la composition nanostructurelles durant le processus conduisant à l'auto-assemblage.

Les travaux de Magdot visaient à découvrir comment l'interaction entre les effets cinétiques et thermodynamiques conduit à la formation de nanostructures et quels sont les facteurs contrôlant les distributions spatiales et de taille. Des avancées dans ces domaines encore énigmatiques devraient faciliter le développement de modèles informatiques intégrés nécessaires à la production à grande échelle de matrices auto-organisées de nanopoints magnétiques.

Informations connexes