Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

MOVE — Résultat en bref

Project ID: 1695
Financé au titre de: FP6-CITIZENS
Pays: Grèce

Les affaires en marche

Un projet, financé par l'UE, a étudié les mécanismes responsables de la croissance du commerce au niveau transfrontalier en Europe, ainsi que les idées fausses à leur sujet. En Europe, des efforts ont été faits pour créer un modèle économique viable et des politiques nouvelles permettant aux entreprises de prospérer.
Les affaires en marche
Les frontières en constante évolution de l'Union ont eu de nombreuses conséquences pour les entreprises employant une main-d'œuvre importante. Les grandes industries ayant besoin de nombreux employés de différents pays ont eu des effets variés sur le paysage socio-économique de nombreuses régions situées le long des frontières orientales et méridionales du continent.

Le projet MOVE («The moving frontier: the changing geography of production in labour intensive industries»), financé par l'UE, a justement analysé comment et pourquoi, ces entreprises employant une forte main d'œuvre se sont déplacées ou se sont étendues dans d'autres zones d'Europe (délocalisation). Il a en particulier, étudié les ressources et les avantages compétitifs de ces entreprises dans différents secteurs technologiques et différents marchés. Les partenaires du projet ont également analysé leur environnement local, régional, national et même mondial en fonction des différentes politiques, institutions et relations de ces entreprises.

En analysant les différentes stratégies commerciales dans les secteurs demandeurs de main d'œuvre, les partenaires du projet ont observé que les entreprises adoptaient des stratégies différentes, non seulement dans les différents pays et segments de marché, mais aussi sur les mêmes segments et les mêmes pays. Le projet a pu également identifier de fausses interprétations concernant les délocalisations et leurs conséquences attendues, c'est à dire les pertes d'emplois et l'augmentation du taux de chômage. Les partenaires du projet ont montré que les défis principaux résidaient dans la faiblesse de certaines régions spécifiques et que l'effet global de ces délocalisations sur l'emploi était positif au sein de l'UE.

Cet effet positif est particulièrement vrai dans les Nouveaux États Membres où les délocalisations ont fait baisser le chômage et profité aux groupes sociaux défavorisés des régions périphériques d'Europe Centrale et d'Europe de l'Est. Une gouvernance musclée de l'UE a également favorisé certains avantages de la délocalisation.

Les études du projet concernant l'industrie textile ont montré que les opportunités commerciales internationales étaient exploitées le plus efficacement avec initialement, un engagement précoce et peu d'obligations, suivi dans un second temps par les investissements étrangers et la création de coentreprises. Dans le cas de l'industrie électronique, le projet MOVE a analysé les chaînes logistiques d'approvisionnement et les modèles géographiques et en a tiré des conclusions fondamentales pour les entreprises de ce secteur.

Le projet a également identifié différents facteurs spécifiques à certaines industries et à certains pays ainsi que les effets des délocalisations et de l'intégration des réseaux de production nationaux dans le réseau européen. Enfin, le projet a pu analyser l'internationalisation et la délocalisation de l'industrie européenne du logiciel en Europe et au-delà.

Les travaux et résultats de MOVE seront très utiles pour l'élaboration de lois favorisant le développement économique européen. Ils permettront l'identification des stratégies adéquates d'ajustement ou des meilleures pratiques permettant aux entreprises de continuer à prospérer.

Informations connexes