Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

NIREC — Résultat en bref

Project ID: 33130
Financé au titre de: FP6-SME
Pays: Autriche

Un sol fertile pour la gestion des déchets

Les technologies alternatives de gestion des déchets réduisent d'une part la pollution et les émissions, et d'autre part peuvent également résulter en une énergie renouvelable et de nouveaux engrais.
Un sol fertile pour la gestion des déchets
Dans un monde où les ressources commencent à manquer et où la pollution ne cesse d'augmenter, la gestion des déchets est un domaine d'importance cruciale. La «digestion anaérobie» (ou méthanisation) est le processus naturel biologique de dégradation de la matière organique en absence d'oxygène; on l'utilise pour traiter les déchets et la boue d'épuration. Si on l'intègre dans un système complet de gestion des déchets, la digestion anaérobie réduit l'émission de gaz de décharge. Ce processus est également largement utilisé comme source d'énergie renouvelable, à savoir le biogaz.

Le projet NIREC («Efficient removal and recycling of nitrogen from organic waste as fertiliser») a tenté de développer une méthode durable de récupération et de recyclage des nutriments dans les déchets par la digestion anaérobie. En outre, le projet a converti les résidus et les produits dérivés en produits commercialisables.

Il a cherché et développé des technologies alternatives à l'échelle du laboratoire, dont celles concernant le prétraitement, l'élimination directe de l'azote du processus de digestion anaérobie, l'optimisation de la technologie de séparation pour les résidus secs solides et liquides avec de la matière organique faible, ainsi que le traitement de résidus anaérobies solides pour développer un engrais commercialisable. Ceci a mené à la création de plusieurs centrales pilotes pour tester la possibilité de faire évoluer les différentes technologies.

En conclusion, NIREC (mené par des petites et moyennes entreprises au profit des PME) a développé et intégré la solution «zéro émissions» à l'aide de résidus solides compostés et de résidus liquides pouvant être recyclés. Le projet a également analysé le potentiel commercialisable, la viabilité économique et le statut légal des résidus traités.

Informations connexes