Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

CO2GEONET — Résultat en bref

Project ID: 502816
Financé au titre de: FP6-SUSTDEV

Stockage de CO2 dans des réservoirs géologiques

Les émissions de dioxyde de carbone (CO2) dues à la combustion de combustibles fossiles constituent un sérieux danger pour l'environnement. Des scientifiques européens ont étudié la possibilité de piéger et de stocker le CO2 dans des réservoirs géologiques sous-marins.
Stockage de CO2 dans des réservoirs géologiques
Les projections mondiales de la consommation énergétique font apparaître une dépendance à long terme à l'égard des combustibles fossiles. Toutefois, la croissance des émissions de CO2 pourrait se révéler catastrophique pour le développement durable de la planète si des mesures draconiennes n'étaient pas prises. La séquestration du carbone se rapporte à l'élimination du CO2 des gaz de combustion et à son stockage dans des réservoirs souterrains. En particulier, les roches situées sous la mer du Nord ont, théoriquement, une très forte capacité de stockage du CO2.

C'est en songeant à cela que le projet CO2GEONET («Network of Excellence on geological sequestration of CO2») financé par l'UE a été mis en place pour exploiter la recherche et le développement (R&D) présents et passés dans ce domaine afin d'exploiter la faisabilité du stockage souterrain de CO2. Treize instituts de recherche de toute l'Europe, avec une solide expérience en recherche en matière de stockage géologique ont conjugués leurs efforts au sein d'un consortium afin d'étudier divers aspects de la séquestration de CO2.

Dans un premier temps, les partenaires du projet ont surveillés les niveaux de CO2 dans l'air et ont commencé à étudié les fuites de CO2, ainsi que les réponses de l'écosystème à du CO2 d'origine géologique. Cela a inclus des milieux marin, d'eau douce et terrestre situés à côté de populations humaines vivant à proximité de petites sources de CO2. Les techniques de surveillance ont également été testées et étalonnés de manière à obtenir les mesures de fuite de CO2 les plus fiables possible. Des expériences en mer ont également été menées pour évaluer les effets d'une exposition au CO2 sur les organismes benthiques et les sédiments du fond marin. Globalement, le consortium a traité de nombreux volets de recherche axés sur le stockage géologique, des performances et de l'intégrité des réservoirs, aux chemins de fuite potentiels vers la surface et à leurs effets sur l'environnement. Pour faciliter les recherches du réseau et en tant qu'infrastructure envisagée, une chambre benthique a été construite pour surveiller le CO2 sous la mer.

Une grande réussite du projet CO2GEONET a été la création du point d'accès réseau à une base de données sismique (SNAP) en vue du partage et du traitement d'informations sur Internet.

Le consortium CO2GEONET a mené à bien l'unification et le renforcement de la recherche sur la séquestration géologique du CO2 en Europe. Il a fourni des connaissances incalculables sur le stockage du CO2 dans des réservoirs géologiques et a permis d'accroître la confiance du public dans cette technologie. La mise en œuvre des conclusions de l'étude en matière de captage du CO2 aura des conséquences de taille pour le marché émergent de l'énergie à faible teneur en carbone et pour l'environnement.

Informations connexes