Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

MAGGIE — Résultat en bref

Project ID: 28571
Financé au titre de: FP6-CITIZENS
Pays: France

Vieil âge prétendu pour les Européens?

La qualité de vie des personnes âgées est affectée par une série de facteurs liés à nos vies personnelle et professionnelle. Une équipe de chercheurs a davantage creusé cette question en ajoutant le facteur du genre.
Vieil âge prétendu pour les Européens?
Le projet Maggie («Major ageing and gender issues in Europe») a analysé les indicateurs de qualité de vie au sein d'une population de plus de 60 ans. Le projet financé par l'UE visait à révéler les écarts de genre et les facteurs d'influence pour produire des informations utilisables pour informer le développement d'une politique et mettre en évidence les groupes les plus vulnérables. Travailler sur le fait que les écarts de genre sur la qualité de la vie sont formés par le contexte socioculturel, les politiques nationales et européennes sont reconnues comme jouant un rôle majeur; le genre des Européens vieillissants a d'importantes implications pour la politique.

Dix équipes de recherche en Europe ont analysé différents indicateurs de qualité de la vie au sein de la population cible, les principales sources de données utilisées étant les projets SHARE («Survey of health, ageing and retirement in Europe») et GGS («Gender and generation survey»). Ces projets ont été alimentés par des données du projet ECHP (European Community Household Panel) et du projet FELICIE («Future elderly living conditions in Europe») du 5e PC.

Même si leur impact varie entre les deux genres et en fonction des conditions de logement et du contexte politique et sociétal, la qualité de la vie est influencée par des facteurs liés aux conditions de santé, à la sécurité financière, à la situation familiale et à l'intégration sociale. Les découvertes des études ont montré qu'une bonne intégration familiale, une bonne situation financière et une bonne santé influençaient positivement le bien-être de toutes les personnes plus âgées.

Les chercheurs ont constaté que pour les femmes, la satisfaction de la vie était positivement liée à la possession d'une maison, aux loisirs et à la qualité des transports et facilités à proximité alors que pour les hommes, les enfants ont un rôle plus influent. Cette dernière tendance pourrait être interprétée comme un souhait de compenser du temps perdu; la division traditionnelle des tâches a résulté de manière générale en une tendance des femmes restant au foyer et des hommes en tant que principale ou seule source de revenus.

Maggie a identifié trois distinctions importantes au sein des pays européens. Les personnes plus âgées des pays germanophones sont plus sûres financièrement mais présentent un écart de genre plus important. En Europe du Nord et de l'Ouest, les seniors sont davantage orientés vers les amis et les loisirs alors que dans le Sud de l'Europe, ils bénéficient d'un meilleur état de santé et sont davantage centrés sur la famille. Plusieurs sous-populations ont également été identifiées comme étant un risque de faible qualité de vie; ces cas demandent une attention particulière de la part des décideurs. Ils incluent les personnes en mauvaise santé, celles sans enfants en Europe centrale, les femmes européennes du Nord en situations financières instables et les femmes européennes du Sud avec des contacts familiaux moins fréquents.

Les questions vont probablement changer pour les générations suivantes de personnes âgées étant donné que les modèles masculin et féminin peuvent converger avec le temps en raison de la participation accrue des femmes au marché du travail. Dès lors, les efforts de Maggie constituent une importante contribution à la discussion sur la manière dont les interactions des politiques — sur les pensions, la sécurité sociale et la santé — influencent les différences de genre dans la qualité de vie.

Informations connexes