Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

RICAFE2 — Résultat en bref

Project ID: 28942
Financé au titre de: FP6-CITIZENS

Capitalisation à long terme sur les innovations de l'UE

L'investissement en capital-risque et le financement de sociétés innovantes sont vitaux pour accroître la capacité d'innovation de l'UE. Toutefois, des chercheurs ont récemment mis en avant, à travers une analyse financée par l'UE, que le simple fait d'augmenter le financement de ces sociétés n'était pas la meilleure ou l'unique solution.
Capitalisation à long terme sur les innovations de l'UE
De nombreux facteurs ont une incidence sur la relation entre financement sur capitaux à risques, innovation, croissance et donc compétitivité de l'UE. Le projet Ricafe2 («Regional comparative advantage and knowledge based entrepreneurship») a entrepris d'analyser de manière approfondie l'ensemble de ces facteurs afin de proposer une série de recommandations dans le but d'encourager la croissance d'entreprises européennes entreprenantes, et donc d'améliorer la place de l'UE sur le marché mondial.

Les chercheurs se sont aperçus que l'exonération fiscale des financeurs, en particulier ceux susceptibles de varier dans le temps comme les conditions du marché, stimule le soutien de projets d'entreprise. De plus, une diminution de la complexité des procédures couplée à une meilleure application des contrats et des lois réduisent le risque associé au financement. En outre, l'assurance-litige en matière de brevets, obligatoire et à vaste portée, peut aboutir à des litiges excessifs ou, à l'inverse, à une protection insuffisante de certaines sociétés, laissant apparaître la nécessité d'élaborer des contrats d'assurance efficaces adaptés à chaque innovateur selon ses besoins spécifiques.

Le projet Ricafe2 s'est également concentré sur le rôle des sociétés de capital-risque qui fournissent un financement initial aux jeunes entreprises. Ces sociétés de capital-risque ont été critiquées pour s'être focalisées sur le fait de rendre publiques les entreprises (et donc de gagner énormément d'argent sur la vente d'actions) plutôt que sur leur valeur à long terme. Par comparaison avec leurs homologues américaines, les sociétés de capital-risque européennes sont davantage des négociateurs que des observateurs actifs avec une capacité limitée pour sélectionner des projets d'entreprises conjointes qui ajoutent une vraie valeur à des sociétés innovantes. Ainsi, en encourageant le professionnalisme et la transparence de l'UE, des sociétés de capital-risque pourraient être plus utiles en favorisant l'innovation plutôt qu'en augmentant simplement le montant des financements.

Finalement, en ce qui concerne le secteur public, les chercheurs sont favorables à une rémunération des cadres en fonction des performances et sur la base de mesures incitatives, à une indépendance vis-à-vis des pressions politiques, et à des consignes et des règles de financement claires afin de favoriser un investissement en capital-risque efficace, l'innovation et la croissance.

En résumé, le projet Ricafe2 a permis de réaliser une analyse exhaustive de l'impact de la disponibilité du capital-risque ainsi que des politiques juridiques et publiques sur l'innovation et la croissance en fournissant des recommandations importantes pour l'amélioration de la compétitivité de l'innovation européenne.

Informations connexes