Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

NORMOLIFE — Résultat en bref

Project ID: 37733
Financé au titre de: FP6-LIFESCIHEALTH
Pays: Pologne

De nouveaux analgésiques pour gérer la douleur des stades avancés de cancer

Des scientifiques européens ont étudié le mécanisme de perception et de contrôle de la douleur pour pouvoir développer des composés facilitant la gestion de la douleur cancéreuse. Leurs résultats amélioreront le bien-être des patients atteints de cancer.
De nouveaux analgésiques pour gérer la douleur des stades avancés de cancer
La gestion de la douleur liée au cancer constitue l'un des défis majeurs de la médecine moderne. L'atténuation de la douleur atroce dont souffrent les patients atteints d'un cancer peut être obtenue par l'administration orale ou transdermique de divers composés analgésiques. Malheureusement, les effets secondaires associés empêchent une utilisation généralisée de ces médicaments, c'est pourquoi, il est nécessaire de développer des alternatives mieux tolérées.

Des recherches récentes ont montré que les patients souffrant de cancer présentaient une modification de l'expression des récepteurs pro et anti-nociceptifs du système nerveux central et périphérique. Ces récepteurs répondent aux stimuli de douleur en envoyant un signal nerveux au cerveau et la moelle épinière. La modulation de l'activité de ces récepteurs par différents ligands pourrait permettre de bloquer la transmission du signal nociceptif et réduire la douleur.

C'est l'hypothèse formulée par le projet Normolife («Development of new therapeutic substances and strategies for treatment of pain in patients with advanced stages of cancer») financé par l'UE: développer de nouveaux composés pouvant potentiellement interagir avec les récepteurs et supprimer la génération et la transmission des signaux nociceptifs.

En combinant les techniques de chimie et de pharmacologie, les chercheurs du projet ont réussi à synthétiser plus de 100 molécules générées grâce à une analyse théorique préalable. Ces composés ont d'abord été testés in vitro afin d'évaluer leur capacité fonctionnelle de liaison avec des récepteurs opioïdes, puis les meilleurs candidats ont ensuite été testés sur des modèles animaux présentant des caractéristiques similaires à celles de la douleur cancéreuse métastatique.

Le projet Normolife a ainsi réussi à développer et proposer de nouveaux composés analgésiques particulièrement adaptés à la gestion de la douleur chronique. Les résultats du projet ouvrent de nouveaux horizons concernant la physiologie de la perception et du contrôle de la douleur. La sélection de certaines de ces molécules pour un prochain développement commercial devrait révolutionner la médecine moderne et trouver des applications immédiates pour le traitement de la douleur dans les stades avancés de cancer.

Informations connexes