Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

ENZUP — Résultat en bref

Project ID: 32877
Financé au titre de: FP6-SME

Bactéries et enzymes s'associent pour produire la laine parfaite

Des enzymes génétiquement modifiées utilisées pour le traitement de la laine permettent d'obtenir une fibre qui ne rétrécira pas, ne peluchera pas et absorbera les teintures à basse température sans s'abîmer.
Bactéries et enzymes s'associent pour produire la laine parfaite
La fibre naturelle de la laine est une matière chaude, plus résistante à la traction et la combustion que son homologue synthétique. Malheureusement, le consommateur s'est un peu éloigné de la laine car elle a tendance à rétrécir et à feutrer, un processus appelé rétrécissement de feutrage. La technique de chloration pourrait éviter ce phénomène mais son utilisation est inacceptable en raison de la pollution des eaux de lavage par de grandes quantités de chlore.

Le projet ENZUP («Enzymatic up-grading of wool fibres») financé par l'UE a associé les techniques d'ingénierie génétique et le traitement enzymatique standard afin d'obtenir un traitement de finition qui permettra à un vêtement en laine de sortir indemne de la machine à laver.

Les enzymes protéolytiques améliorent la résistance de la fibre au rétrécissement en la découpant, mais leur petite taille leur permet de pénétrer et de grignoter trop profondément dans la structure de la laine en provoquant des dommages importants. Par ingénierie génétique, les chercheurs d'ENZUP ont donc voulu les agrandir afin qu'elles soient dans l'impossibilité de pénétrer physiquement dans la structure de la laine et l'abîmer. Ils ont ainsi non seulement réussi à produire chimiquement trois tailles différentes de protéases, mais ils ont également décodé les mécanismes du traitement enzymatique et leur effet sur la surface des fibres de laines.

En se basant sur ces résultats, l'équipe d'ENZUP a également modifié l'approche d'ingénierie de production de la subtilisine, une enzyme de poids moléculaire élevé. En combinant la séquence génétique de la prosubtilisine de Bacillus subtilis et celle d'un autre gène, les chercheurs ont pu obtenir un polymère semblable à l'élastine. Comme son nom l'indique, l'élastine est une protéine qui permet à la peau humaine par exemple ou à d'autres tissus d'être élastiques.

Leurs travaux ont ainsi généré toute une batterie d'enzymes pouvant être utilisées à des fins spécifiques comme par exemple, le traitement anti feutrage, la diminution du boulochage (ces peluches ennuyeuses qu'il faut retirer ou raser) ou la teinture à basse température sans altération des fibres de laine. L'équipe du projet a également stabilisé ces enzymes en les associant avec un polymère Eudragit®, ce qui leur permet d'être incorporées dans les agents nettoyants conçus pour le soin de la laine et l'élimination des tâches.

Les enzymes d'ENZUP sont potentiellement très prometteuses pour l'industrie de l'habillement et de la laine. Cette laine transformée et de meilleure finition aura une valeur marchande bien plus élevée et permettra à votre pull préféré de durer bien, bien plus longtemps.

Informations connexes