Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

GOLEM — Résultat en bref

Project ID: 33211
Financé au titre de: FP6-NMP
Pays: Pays-Bas

Les nanotechnologies imitent la biologie

La force des liaisons intermoléculaires observée dans les systèmes biologiques est une caractéristique souhaitable pour les nanostructures. Une initiative européenne a testé divers mécanismes pour l'interaction entre les micro- et les nanomatériaux.
Les nanotechnologies imitent la biologie
Depuis l'avènement des nanotechnologies, nos connaissances sur la synthèse des nanostructures à l'échelle moléculaire enregistrent des progrès rapides Cependant, en dehors de la formation des ballènes et des nanotubes de carbone (NTC), nos connaissances actuelles sur la façon de relier et d'assembler des pièces de matériaux différents demeurent limitées. Pour résoudre ce problème, le projet GOLEM («Bio-inspired Assembly Process for Micro- and Nano- Products») financé par l'UE a utilisé une approche reposant sur des événements inspirés de la biologie pour assembler des éléments à l'échelle micro- et nanométrique.

Les partenaires du projet ont étudié et modélisé divers mécanismes inspirés des systèmes biologiques, tels que l'interaction entre les protéines avidine et streptavidine, l'ADN et les polymères dotés de liaisons hydrogène. Le consortium a utilisé des perles de différents diamètres et testé l'efficacité de leur liaison afin de démontrer la fixation des perles d'un diamètre allant jusqu'à 10 microns.

Dans le même temps, les méthodes de manipulation de ces composants ont été optimisées. Plus précisément, une chambre d'assemblage fluidique a été conçue pour manipuler les composants à l'aide des gouttelettes, d'un faisceau laser ou du processus de diélectrophorèse. Fait important, le projet GOLEM a permis de manipuler efficacement des formes complexes telles que des cuboïdes à l'aide d'un principe basé sur l'écoulement de Marangoni induit par laser. Enfin, les partenaires du projet ont élaboré un appareil basé sur des microrobots mobiles pour caractériser et manipuler les composants assemblés, en termes de force de liaison.

Globalement, le projet GOLEM a permis de démontrer qu'il était faisable d'utiliser des liaisons de type biologique pour assembler des micro et des nanomatériaux. En plus de fournir de précieuses informations sur de nouveaux mécanismes pour la fabrication de nanostructures, la commercialisation des innovations du projet permettra de faire avancer le secteur des nanotechnologies.

Informations connexes