Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

MEDLABAB — Résultat en bref

Project ID: 3691
Financé au titre de: FP6-INCO
Pays: Espagne

Renforcer le contrôle de la babésiose bovine

La lutte contre le parasite bovin Babesia s'est jusqu'à présent concentrée sur la réduction démographique de son vecteur, le tique, en modifiant par exemple son habitat. Un grand projet de recherche financé par l'UE se tourne maintenant vers une approche génomique pour développer un nouveau vaccin.
Renforcer le contrôle de la babésiose bovine
La babésiose bovine est une maladie très grave qui affecte sérieusement le rendement laitier et en viande des troupeaux d'Amérique latine et des pays du pourtour méditerranéen. Le parasite protozoaire à l'origine de la maladie est appelé Babesia et se propage par l'intermédiaire d'un vecteur, le tique. Grâce aux financements de l'UE, le projet Medlabab cherche à contrôler deux des souches les plus importantes de Babesia, Babesia bovis (B.bovis) et B.bigemina.

Les chercheurs de Medlabab ont élaboré un échéancier scientifique comprenant différents niveaux de lutte contre le parasite. Les objectifs principaux des chercheurs se situaient à trois niveaux, un diagnostic fiable de la maladie, une vaccination efficace et la réduction des autres vecteurs ou réservoirs du parasite.

Des échantillons sanguins de bétail ont tout d'abord été collectés dans les régions endémiques pour les deux souches du parasite puis utilisés pour construire une banque d'échantillons ADN. Les scientifiques voulaient avec cette banque génomique identifier les antigènes polymorphes utilisables dans des vaccins recombinants. Ils ont également isolé des marqueurs moléculaires permettant d'identifier les souches parasites.

Quatre souches virulentes et deux souches atténuées ou affaiblies ont pu être cultivées in vitro et inoculées à de jeunes veaux. Les chercheurs de Medlabab ont ainsi pu mesurer les caractéristiques cliniques de la maladie comme l'augmentation de la température corporelle, l'apparition de symptômes neurologiques et la charge parasitaire sanguine ou parasitémie.

Les autres espèces de la faune sauvage pouvant également servir de réservoirs jouent un rôle majeur dans la lutte contre ce parasite. L'équipe du projet a montré que les chevaux et les buffles d'eau pouvaient servir de réservoirs significativement importants pour le parasite, elle recommande donc leur incorporation dans les campagnes de lutte contre la maladie.

La diffusion permanente de ces informations et la mise en réseau des membres du consortium a été, et continue d'être, une caractéristique importante des activités de recherche du projet. Deux sommets mondiaux sur la maladie et une conférence majeure, la sixième conférence internationale sur les tiques et agents pathogènes transmis par des tiques, ont favorisé la diffusion des résultats de ces recherches.

Les scientifiques du projet ont apporté de précieuses informations pour les futurs vaccins, les marqueurs moléculaires et les méthodes diagnostiques de la maladie. La lutte contre la babésiose est un objectif crucial, particulièrement dans les pays émergents où les pertes économiques dues à la maladie peuvent être dévastatrices.

Informations connexes